À la Fût Diligence (collab Maltéhops) Quadrupel Anniversaire en barrique de vin d’érable fortifié 9.2%

alfdqaLa cote OO : C+

On attend le Director’s Cut.

Scotch ale, porter vieilli longtemps en fût de cognac ou quadruple belge un peu sauvage sur les bords?  Les 3 à la fois, en rajoutant une touche d’érable subtile, comme on les aime.  C’est donc sylvicole, acéricole et ça a quelque chose du Kentucky aussi.  L’attaque est d’abord basée sur le petit côté plus sauvage des fûts à tendance belge d’À la fût, avec de l’érable brûlé en ligne défensive.  Ça tourne toutefois au gros bonbon solide légèrement anisé, de manière lourde et torréfié.  Sans dire que ça tourne au cauchemar, après un début jovial et une bouche bien variée la finale est trop tumultueuse pour parler d’une bière équilibrée.  On sent toutefois que le baril de vin d’érable y est pour beaucoup et avec 3 autres éditions à venir en 2020 on a déjà hâte à la prochaine.

Collective Arts Brewing (Hamilton ON) Mango Tangerine Sour 6%

camtsLa cote OO : C-

“Aromatisée” dans le mauvais sens du terme.

Pas loin du floater à en voir la couleur, tandis que l’odeur fait douter du moindre sentiment de bière à l’intérieur de cette sour qui ne paraît aucunement sûre.  Sans être laiteuse, la bouche est forte… trop forte et en retournant sur le contenant, on ne parle pas de bière au fruit mais de « bière » … disons! « forte » à 6% disons! « aromatisée » en effet.  La finale est laiteuse mais c’est beaucoup, beaucoup trop proche d’un punch aux fruits pas très loin du floater.  Comme jus oui, sinon non.

La Chouape Cerise Sour 5%

ccsLa cote OO : C

Qui trop mince n’éteint pas suffisamment.

Cerise, probablement marasquin, bien parfumé mais à la limite de l’artificiel; difficile d’attendre quelque chose de posé.  Qu’en est-il du goût?  Sec oui, pas trop sucré oui mais le goût fait un peu trop sirop et moins le fruit qui pousse dans les champs.  Le houblonnage semble de la partie pour l’aftertaste mais c’est un peu trop tard : on a l’impression d’avoir une sour hyper-sèche mais hyper courte, et surtout contenant du fruit qui ne fait pas très naturel.

Harricana # Munich Lager 4.6%

hhashLa cote OO : C+

Bon, c’est pour une bonne cause.

De grosses notes de malt bien sonnantes ouvre le nez de cette bière entre la dunkel allemande et la Super dry nippone.  Ensuite boulangère, le malt s’assèche légèrement et ça reste tout en légèreté, pour être conclue par un peu de papina et de fraise pas mûre.  En « petites cannettes » de 355ml, c’est une lager qui passera trop rapidement, en laissant plus ou moins de souvenir, mais à tout le moins pas de mauvais.

Hollywood Brewing Co (Hollywood FL) Roadhead IPA 6.3%

hollyroadLa cote OO : C+

Beaucoup de succursales des mêmes commerces sur la route 66.

Quand on parle d’IPA généraliste, on est pas mal dans le mire avec la Roadhead d’Hollywood.  Le mélange, avant de l’avoir lu, semble hyper conservateur à la west coast (« hopped 3 times with Citra, sans surprise donc) et si l’on sent autre chose que le floral et l’agrume du Citra, c’est un peu de vanille qui arrive un peu du champs gauche.  L’amertume est assez tranchante sans l’être trop, mais le développement gustatif est assez limité merci.  Les hopheads fanatiques de Citra aimeront bien, mais pas un grand détour à faire sinon on peut risquer autre chose.

Bièrerie Shelton Milkshake IPA sûre aux abricots 6.5%

smiLa cote OO : C

Dans le champs de ne pas être dans le champs.

Heureusement pour l’olfactive, les houblons à tendance fortement agrume font une bonne opposition à tout ce fruit d’abricot trop sucré.  Or, on ne peut que tomber dans le négatif avec cette bouche beaucoup trop jus pas vraiment bière, spécialement par ce qui semble être beaucoup trop de lactose à la recette, ce qui booste encore plus l’abricot, l’orange et même le raisin.  Pour la finale, c’est de la vanillée, trop poussée encore dans cette bière « trip d’ingrédient » trop rectiligne.  Agréable, estivale mais pas très brassicole… ou agricole.  Où est l’orge?

Swannay Brewery (Orkney Écosse) Orkney Porter 9%

orkneyLa cote OO : C+

Je l’aurais deviner : « une touche de fumée » lut sur l’étiquette, pour une bière qui n’est pas rauchbier.  Rien de particulier, fois 3 ou 4.

Porter porter porter… orge orge orge et c’est probablement parce qu’elle vient d’Écosse mais peut-être un peu de bruyère.  Le goût livré par la suite est peu original mais colle bien aux joues, sans toutefois amener rien de plus.  On concluera celle-ci par l’une de ces bières qui passera inaperçu et pour laquelle on peut se demander pourquoi la SAQ continue d’importer de telles bières versus des bières canadiennes comme l’Imperial Stout de Waller Street d’Ottawa.  Même s’il est évident que ça demande plus de travail et il n’y a pas de représentants pour graisser les rouages de la SAQ.

Saint-Houblon Série Berliner Weisse Sour Cassis, Cerise et Groseille 4.7% 0 IBUs

shsccgLa cote OO : C+

Beau mélange, mais pas les bonnes proportions.

Une bière à trois fruits, c’est souvent davantage du jus que de la bière.  Le nez donnera certainement cet impression avec le cassis d’abord, puis la cerise.  Pour la groseille, il faut se forcer davantage.  Tout comme on trime beaucoup en bouche pour y trouver de la bière, on pourrait d’ailleurs facilement imaginer une berliner weisse avec sirop qui goûte moins le fruit, celui-ci ne laissant absolument aucune place au blé, mais peut-être à la groseille après quelques gorgées.  Pas mieux balancée en finale et encore plus portée sur la cerise, c’est un jus de fruits qui plaira sûrement aux amateurs de drinks d’été, mais choquerait peut-être l’Allemande du Nord-Est.

L’Oxymore Microbrasserie Blonde 4.6%

oxbNouvelle micro (ouverte à peine un jour après les mesures restrictives de la COVID19), disons qu’avec la seule description de « bière blonde », à quoi s’attendre? 

La cote OO : C

Niveler par le bas.

Si le but était de viser une bière un peu insipide mais totalement inoffensive, c’est réussi : du malt édulcoré, encore plus que les super dry nippones.  Même chose pour le houblon, alors on passera rapidement à la bouche pour y trouver finalement un liquide plus gouteux, à tendance certainement tchèque mais il y a peu de variations sur la langue.  Toujours étayé en finale, c’est une recette facile définitivement destinée aux buveurs de Molson Dry.  On peut pas les blâmer d’en mettre une au menu, mais on ne peut pas les encenser non plus.

L’Alchimiste Imperial Stout Bière noire 7.9% 30 IBUs

aisLa cote OO : C

Il y a une limite d’expression des sentiments lorsqu’on utilise que le noir.

Le nom « bière noire » immédiatement à la suite des termes imperial stout sont plus appropriés : de l’orge bien noire et pu d’autres choses, même pas de moka on de caramel.  Les papilles amèneront ensuite du chocolat et encore là, pas grand-chose d’autre.  Puis on conclut par… la même chose, sans surprise et encore moins, sans excitation.  Une stout trop prévisible et trop peu large au niveau de son éventail de saveur, et être méchant je dirais que c’était le genre de bière annonciatrice de la vente de la microbrasserie, à des gens plus passionnés on le souhaite.