Pit Caribou Brown Ale de Seigle 5%

pcbasLa cote OO : B

Plus de bonbon pour élargir les horizons.

Du gros bonbon noir, aussi noir que le liquide qui ne fait pas vraiment « brown ale »; très facile à détecter le côté seigle et c’est aussi bien ainsi.  Le seigle frappe aussi en bouche, du bonbon à l’anis et du grain assez intense – on est curieux de savoir le degré de torréfaction du seigle.  La finale est plus légère – heureusement – mais côté intensité, c’est digne d’un stout avec beaucoup de personnalité.  Comme brown ale, si vous avez la Newcastle en tête, vous risquez de trouver le manège assez rock’n’roll merci, mais après quelque tour, de l’orge au seigle et même de la petite pointe de houblon, on l’adopte facilement.  Une belle variation foncée sur un thème.

Ferme du Tarieu Jersey Brown Ale 5.5%

ftjb

Un nom que seul les fermiers comprendront : la Jersey se voit en effet habituellement de brun vêtue.

La cote OO : B+

On peut dire la vérité dans un ton mièvreux après tout.

D’un brun intense autant du côté couleur que brun c’ est intensément caramélisé et superbement rond.  Plein de belles nuances de… brun?… dans ce qu’Il y a de plus profond que j’ai senti dans le genre.  C’est ensuite agricolement punché de grain pour les papilles, et gardant une certaine frivolité qui colle toutefois au palet et aux joue.  La finale est plus simple et houblonnée, et alors moins sucré; on a donc droit à du grain plus pur et certainement plus intense que de la Newcastle Brown.  La franchise des chenaux, pas à peu près.

Blyth Cowbell Brewing and Distilling (Blyth ON) McNall’s Mission Honey Brown Ale 4.8% 20 IBUs

cmmVoir le miel sur une bière… d’abord on se dit « ça sera too much » mais on finit par se dire « on mets du sirop d’érable après tout ».  Puis on réalise que c’est probablement juste pour décrire la couleur.

La cote OO : B

Parce que c’est une belle mission que de faire aussi pâle et aussi goûteux.

L’orge qui monte aux narines est assez pointue et commence bien cette boisson où le malt semble être à l’avant plan.  Son goût est ensuite un peu plus doux et s’étend longuement, quoiqu’un peu trop uniformément.  La finale présente quant à elle une pointe de miel de trèfle – c’est probablement seulement d’avoir lu le mot « honey » sur le contenant.  On ne ré-écrira pas l’histoire de la brune mais on y trouvera un confort vraiment fort.

Flora Hall (Ottawa ON) English Brown Ale 5.2%

fh3La cote OO :  C+

Parce que tous les pubs anglais se font pas faits pour les amateurs de football un peu plus rustres.

À force de renifler les verres pas très propres à la dégustation (spécialement au niveau du nez), on conviendra de cette brune anglaise qu’elle est de bonne orge, En bouche par contre, on se demande si c’est véritablement le verre car on a droit à une bière beaucoup trop discrète au palais; si l’on est en Angleterre, c’est dans un pub d’hipsters et non de hooligans.  La finale est plus mordante mais on est pas dans le champs d’orge où dans la cuve de porridge; On y ajoute donc une seconde gorgée pour y retrouver une belle brune… si elle ne semblait pas diluée dans de l’eau de Burton-Upon-Trent.  On en conclut donc quoi au juste?  Une belle approche des brunes, mais pas assez foncée pour son propre bien.

Cerveza Cucapa Artesana Liquida (Tijuana Mexico) Obscura American Brown Ale 4.8%

cucapaPourquoi faire simple quand on peut faire compliqué?  C’est ce que semble dire cette bière tendrement léchée par le feu de l’orge.  Malgré le sobriquet « american » c’est du caramel bien végétal qui trône en bouche, précédant la finale moins sucrée mais encore dominée par le grain.  L’aftertaste est plus tempéré pour conclure une bière qui ne remplit pas sa promesse américaine, mais qui livre celle du bon goût.

La cote OO : B

Parce qu’on en revient à la bonne vieille simplicité.  Un bon tube des années 80 qui fait encore « la job ».  J’irai avec « I want a new Drug » de Huey Lewis and the News.

Cerveceria Allende (San Miguel de Allende Mexico) Brown Ale Cerveza Obscura 5%

allende_brownMême si elle est légère en couleur, le petit côté noisette fait assez brune anglaise… Newcastle Brown pour être plus exact.  Pour les papilles, on est plus houblonné tout en continuant d’être en territoire anglaisement connu.  Une fois avalée c’est le grain pleinement brun qui fait surface, certes de manière rectiligne mais en restant très goûteuse.  Bien que côté aftertaste on se retrouve seulement dans la suite normale des choses, on peut dire que c’est réussi en autant que ça se veuille une bière hommage à l’Angleterre.

La cote OO : B-

Parce qu’hommage c’est bon mais originalité c’est mieux.

Benelux Brasserie Artisanale Grande Armada Réserve 2015 Double American Brown Ale vieillie en fût de bourbon whiskey 10.5%

bgaEntre brune et belge, il y a autant de sucre que de grain, malgré qu’autre chose semble se cacher là-dessous… voyons voir.  Non, en bouche, si une brune impériale russe existait ça en serait un bon exemple, mais rien de cacher outre du raisin et de la cassonade.  Puis bang!  C’est l’alcool qui bouillonnait derrière tout ça, et non le houblon qui manque un peu pour une bière qui se veut une American Brown Ale.

La cote OO : B-

Parce que ça manque de houblon et d’influence de baril, mais pas de goût.

Brasseurs sur Demande (Quebec, QC) Brown Ale Anglaise 5.2% 29 IBUs

bsd3Comme brune vous aurez probablement vus plus typé; le nez est toutefois doux et bien abordable, celui d’une brune parfaite pour l’amateur de bières grand marché blondes.  En bouche, elle est assez neutre et on est en terrain brune anglaise légère.  La finale est un peu plus présente mais c’est davantage l’aftertaste de malt doucement rôti qu’on retiendra.  En revenant au nez on découvrira une petite pointe de caramel intéressant, mais en revenant à la bouche on tombe sur la même bière probablement plus gênée.  Pour être gentil, on pourrait dire bien, mais pour être plus réaliste je dirais bien mais sans plus.

La cote OO : C+

Parce que seulement obéir aux règles n’amène pas d’originalité.

HopEra Brown Ale 5%

hopera2Pour une brown ale, la couleur pâle mais le nez respire le grain flatté par le chauffage; après quelques bières plus houblonnées de l’établissement, ça fait du bien de revoir l’orge en avant-plan.  La céréale se poursuit aussi tout en confort et en lenteur – lire ici que le développement gustatif est limité mais agréable – avant de tomber dans une finale un peu plus hors norme de fleurs de trèfle beurrées.  En gorgées subséquentes, elle se veut plus sèche mais encore là, le fleuri vient très bien compenser le grain poussiéreux.  Juste assez originale pour le confort.

La cote OO : B

Parce que dans le style des bières brunes anglaises, c’est une belle balance entre l’originalité et la tradition.

Le Lion Bleu India Brown Ale 6.75%

Avec un juste milieu entre l’orge et le citra, ça fait très certainement changement des IPA où on se contente de mettre les feuilles plutôt que le grain en profil.  Collant sous la langue, le caramel est lourd et propulse la finale plutôt grain et où le houblon ne fait pas houblonnage à crû.  Avec de subséquentes gorgées davantage sucrées, c’est un beau genre de bière, seulement un peu lourd.

La cote : B

Parce qu’on apprécie l’expérience pour son intensité sans vouloir nécessairement la voir dans une sélection régulière.  Une très belle bière de dégustation donc!

lb1