Interboro Spirits & Ales (Brooklyn NY) Big Gup Cran orange & Tamarind Gose 6%

isabgLa cote OO : B

Moins funky que la canette, plus funky que le style straight.

Belle couleur pour une gose à base de fruits qui bien que sucré fait tout de même « couleur de bière ».  Le nez est bien rond et le tamarin semble en prendre beaucoup sur ses épaules.  C’est davantage l’orange – dans tout le sucre qu’elle peut apporter – qui transporte la bouche, un peu monotone mais bien marqué.  Puis la finale est le mélange de tamarin et d’orange, pour ce qui est des canneberges on repassera.  L’équilibre alors?   Bien respecté car le grain et une mince trace d’houblons sont perceptibles, tout comme le sel qui respecte le style.  Le genre de bière auquel on peut devenir facilement addict, sans tomber éperdument en amour.

Brooklyn (Brooklyn NY) Bel Air Sour 5.8%

bbasLa cote OO : B

Parce qu’elle a tout justement ce qu’elle faut d’originalité et de tradition pour bien approcher les deux clans.

À 5.8% il sera intéressant de voir le jeu de l’alcool dans une sour facilement à 50% plus haut en « chaleur » qu’habituellement…  le nez est cependant dans un registre de berliner weisse tout à fait prévisible quoique légèrement plus houblonné qu’à la normale.  Le tout est assez sec mais pas trop, on pourrait facilement croire qu’elle est vierge de toute lactobacile.  La bouche est toute autant aisée, et reste peut-être un peu trop légère pour son propre confort… au moins on y sent du raisin blanc pour amener un élément fruité au tout.  La finale est encore fruitée et fait conclure à une sour facile et simple, alors on peut se demander si le nom est approprié avec le quartier huppé du même nom.

Brooklyn Brewery Sorachi Ace Golden Farmhouse Ale 7.5%

bsa

De la crasse poussiéreuse aux houblons d’agrumes, ça joue sur toute la largeur du terrain.

B+  Un beau challenge intellectuel.

Opaque, on croirait à une wheat ale en version bien dorée.  À l’olfactive on est très moitié blonde – moitié saison, accompagné d’une touche terreuse contrebalancée par des houblons tropicaux.  Forte, très forte, on croirait boire une bière boostée au grain et à l’alcool, mais après un peu de miel on retrouve une saison aussi tranquille que persistante.  Un tantinet moins bon que la Saison Dupont mais la Sorachi est tout autant un classique qui demandent une longue analyse de chacune de ses composantes.

Six Point (Brooklyn NY) The Crisp 5.4%

spclB-  Un nom loin d’être trompeur, ça me semble être une recette aussi craquante que facile.

Petite blonde tout ce qu’il y a d’olfactivement standard, on y trouve des élans de grain très judicieusement compensés par les houblons qui donne un petit côté orange.  En bouche la carbonation ne fait doute; le généreux gaz carbonique apporte une fraîcheur qui subsiste même après l’avoir avalée.  C’est simple, efficace à ses heures, sans flafla mais au moins c’est bien fait.

Lu sur la cannette : « Mad Science ».  Faudrait pas ambitionner.

Brooklyn Lager (Utica NY) 5.2%

bl

D  Quand même l’acharnement est futile.

Une autre de ces bières édulcorées d’épicerie où un faible nez de pêche et de citrouille dépasse le grain qui semble être absent de l’équation.  Celui-ci, enfin présent en bouche, ne reste que vraiment pas longtemps avec la dégringolade dans une finale super aqueuse de caramel aigre.  Et quand on en prend plusieurs autres gorgées, on s’attend à la goûter plus mais non, il n’y a rien à faire.  D’accord si on veut donner dans la pseudo-distillerie artisanale mais ça ne goûte pas meilleur qu’une Coors.

Une autre « pseudo-distillerie » qui porte le nom d’une ville mais qui est fait à Utica, à plusieurs plusieurs heures de route de Brooklyn.