Tapas & Liège (brassée chez Brasseurs sur Demande) T&L Ginger Queen sure au miel et gingembre 3.1%

tlmgMa première bière dont le nez ressemble vraiment à une ginger ale, mais sous la racine le miel vient arrondir le tout et donne envie de voir quelle bière se cache là-dessus.  Pas autant sèche qu’on pourrait le croire et le gingembre ultra-végétal (presque céleri) ouvre très bien les hostilités gustatives qui se veulent doucement acides.  La finale tient peut-être encore plus du Ginger Ale et puis boom!  Une belle vague de chaleur du gingembre;  si le Canada Dry goûtait cela, j’en aurais souvent à la maison.  Trop loin d’une bière donc, mais ça n’enlève que si peu à la magie de son goût.

La cote OO : A-

Parce que j’en boirais des galons de cette boisson gazeuse, qui se mérite « seulement » un A- parce que l’orge n’est pas au rendez-vous.

Brasseurs Sur Demande (Quebec) Limoilove Rousse 6%

bsd6Quand on pense à une rousse, on pense probablement à une bière brune-rouge rempli de caramel.  Toutefois, la mousse serrée, le liquide très opaque et le nez d’orge à la mild sort du sentier battu avec cette déclinaison de Brasseurs Sur Demande (mon dieu que le nom ne passe pas encore; ça fait brasserie sans passion, un mythe défait par certaines de leurs bières).  Les papilles sont par contre réconfortées de goûter une bière plus caramélisé mais encore une fois légère, avec les houblons (du SImcoe) qui semble assez poussés merci, mais qui disparaissent rapidement en finale.  On appréciera par contre les gorgées subséquentes ou le caramel se veut un peu plus éclaté mais tout autant apprivoisable.

La cote OO : B-

Parce que bon, d’accord, rien pour écrire à sa mère ou son ex rousse.  Par contre elle débrouille bien un soir de novembre.

Brasseurs sur Demande (Quebec QC) Série Laboratoire IPA Équatoriale 6.3%

bsd5Comme elle partage le même pourcentage d’alcool est la même robe trouble que sa sœur l’IPA Nordique, on peut s’attendre à la même base de houblons à tendances agrumés.  Sous le nez c’est assez le cas mais le tout semble arrondi (sûrement par le lactose qui figure à la liste des ingrédients).  Bien piquante en bouche c’est à ce moment le fruit (à quelque part entre la goyave et la framboise mais en fait du cassis) qui détonne et pour ce qui est de la vanille aussi à la recette, c’est davantage dans la douceur de la finale et de l’aftertaste qu’on la ressent.  L’amertume de son côté?  Pas vraiment.  C’est donc une milkshake IPA qui se boit beaucoup plus comme un milkshake qu’une IPA.

La cote OO : B+

Parce que les recettes complexes sont souvent comme cela pour que ça soit meilleur.

Brasseurs sur Demande (Quebec, QC) IPA Nordique (NEIPA) 6.3%

bsd4Très trouble à l’œil mais loin de l’être à l’olfactive, déjà à ce point on peut se demander comment sera la balance amertume/goût d’agrume en bouche alors qu’au nez c’est la corne d’abondance de pamplemousse, de citron vert et d’orange sûre.  Heureusement, cette IPA olfactive se révèle NEIPA pour les papilles alors qu’on nage en territoire légèrement malté montré des paysages d’agrumes plus sûrs que sucrés.  La finale s’inscrit dans la même tendance chill et relax assez commune et ce qui fait qu’on apprécie les IPAs de ce genre.

La cote OO : B

Parce que même si les houblons sont assis dans le siège conducteur, ils n’imposent leur musique et laisse parler la bière derrière.

Brasseurs sur Demande (Quebec, QC) Brown Ale Anglaise 5.2% 29 IBUs

bsd3Comme brune vous aurez probablement vus plus typé; le nez est toutefois doux et bien abordable, celui d’une brune parfaite pour l’amateur de bières grand marché blondes.  En bouche, elle est assez neutre et on est en terrain brune anglaise légère.  La finale est un peu plus présente mais c’est davantage l’aftertaste de malt doucement rôti qu’on retiendra.  En revenant au nez on découvrira une petite pointe de caramel intéressant, mais en revenant à la bouche on tombe sur la même bière probablement plus gênée.  Pour être gentil, on pourrait dire bien, mais pour être plus réaliste je dirais bien mais sans plus.

La cote OO : C+

Parce que seulement obéir aux règles n’amène pas d’originalité.

Brasseurs sur Demande (Quebec, QC) Stout au Chai Thé Série Laboratoire 5.5% 20 IBUs

bsd1Après la Berliner Pastis, ce stout semble être une très bonne idée si l’on se fie au nez certes très sexy à l’œil de l’amateur de thé.  Pour l’amateur de bière l’orge un peu crémeuse mais pas vraiment torréfié semble gêné, mais saura faire attendre le buveur pour la bouche.  Celle-ci est très épicé et rappelle davantage le porter que le stout, mais après quelques secondes en bouche on retrouve le thé chaï, spécialement ce qui semble être la cannelle.  La finale est ¾ thé ¼ bière, avec la chaleur des épices du thé qui l’emporte peut-être trop sur la bière.  Cependant, avec un aussi beau nez on y replonge rapidement pour y goûter davantage la bière en seconde gorgée.  En résumé, c’est une bière fortement aromatisée (certainement trop pour celui qui n’aimerait pas le thé) qui attirera soit la haine, soit l’amour.

La cote OO : B-

Parce que trop typée pour son propre bien mais très goûteuse pour les amateurs.

Brasseurs sur Demande (Quebec, QC) DIPA Australie Série Laboratoire Double NEIPA 8% 70 IBUs

bsd1Double NEIPA?  Ma première, je dois essayer.

Son nez un peu prévisible qui plaira sûrement aux hopheads : remplie d’agrumes un peu floue, ne serait-ce de l’appelation double NEIPA je craindrais une IPA un peu fait sur le vite-vite.  La bouche est d’abord assez neutre, puis la lourdeur de cette NEIPA se fait sentir; elle semble compacte et est un peu difficile à analyser.  La finale est ronde et le grain se débrouille bien, en se concluant sur le calme plus typique des NEIPA.  Pour l’amateur des bières bien houblonnés, il s’agit d’un bon repos en autant que ses 8% ne sont pas un obstacle pour en prendre plus.

La cote OO : B

Car le style est bien livré et amène la chaleur de l’alcool au confort de la NEIPA.  Une bière comme il devrait s’en faire plus.

Brasseurs sur Demande (Quebec, QC) Pale Ale Bavaria Exclusivité du salon de Dégustation 5.7%

bsd2C’est de manière toute gentille que les effluves de cette pale ale arrive au nez avec sa mandarine mielleuse et on-ne-peut-plus confortable; vous pouvez vous enlever les IPAs américaines débridés de la tête.  En bouche toutefois le feeling d’IPA avec l’amertume qui se cache derrière les papilles semble se préparer pour un assaut en gorge.  La finale est cependant toute autre avec le confort qui se poursuit, de façon un peu plus verte certes mais de manière à ne pas choquer celui qui craint les IBUs.  Pour les amateurs du style, c’est une belle fusion ancien et nouveau monde avec les anglais et leurs pale ales assez typiques et les nouveaux houblons.

La cote OO : B-

Car même si on ne peut pas nécessairement savoir à qui elle plaira, on se demande aussi à qui elle ne plaira pas.

Brasseurs sur Demande (Quebec, QC) Berliner Pastis Berliner Weisse à l’anis étoilée 3.9%

bsd1Bien que la berliner weisse contient du blé, ici on a probablement filtré car elle est très certainement claire.  Au nez on oublie le blé – ou tout autre céréale car c’est l’anis étoilé – celle des bonbons noirs et non des mets vietnamiens.  En bouche l’épice demeure assez fort mais l’acidité modéré de la berliner vient faire une belle contrebalance.  La force de cette bière – et probablement ce qui a fait qu’on l’essaie – réside dans la finale où l’équilibre entre l’épicé et le côté épicé est un super mélange de saveur.  Bien sûr l’aftertaste sera teinté par l’anis mais pas autant que le reste de l’expérience pourrait le laisser croire.

La cote OO : B+

Parce qu’elle est originale oui mais on sent qu’il y avait une direction dans ce mini-capharnaüm.  Pour les amateurs du style, « Burial at Sea » de Mono.

Brasseurs sur Demande (Quebec, QC)

bsd2Vendredi après-midi, concluant une semaine assez mouvementée merci.  Ayant besoin de repos mais ayant la curiosité à « on » on réfléchit : pourquoi pas visiter la petite négligée de Québec?  Blottie dans un quartier mi-résidentiel mi-industriel de Québec, derrière un bloc appartement typique, Brasserie sur Demande.

À l’intérieur on découvre l’espace juste nécessaire d’un mini pub qui concorde avec le fond de cours dans lequel il se trouve : rien de très très fancy mais tout semble efficace.  Avec 9 bières à bon prix au menu et des palettes de dégustation, on va passer outre le nom plus ou moins attirant de cette microbrasserie pour s’asseoir et déguster.

Amenés par la sympathique serveuse, on voit et hume les généreux verres tandis qu’autour la clientèle  est intéressante, entre hipsters et quincagénaires de Limoilou.  Mais il ne faudrait pas penser que cette faune commandera des bières ennuyeuses dans le genre « on a une rousse, une blonde, une blanche et une noire » .  Voir plutôt berliner weisse à l’anis étoilé, stout au thé chaï et Double NEIPA.

On la visite pourquoi?  Certainement pas pour la vue ou le design, mais parce que c’est simple et efficace.  Et sympa.  Et parce que les Brasseurs sur Demande sont maintenant beaucoup plus qu’un brasserie pour faire des bières identifiées à une épicerie ou à d’autres commerces.