Brasseurs Illimités Simple Malt Saison Belge 6.2%

bismsbB  Comment ça rime facilité et simplicité?

Rectiligne au nez, c’est tout ce que l’on peut demander d’une saison avec du citron et du poivre blanc assez facile.  En bouche, ça peut ressembler à une blonde pour son côté grain mielleux tout en étant plus sec comme certaines saisons.  Toujours dans la simplicité, on conclut le tout en gardant le focus sur le grains, que l’on semble privilégier plutôt que les levures.  Son étiquette parle d’une valeur sûre et c’est vrai, passe-partout à la limite.  Ce n’est pas la Saison Dupont mais une abordable Saison de printemps.

Bièropholie Kriek Art Bière aux cerises (brassée par Brasseurs Illimités) 7.4%

bkaB+  J’ai presqu’envie de la servir à mon garçon de 2 ans pour savoir s’il va me dire « jus ».

Olfactivement bien sûre aux fruits, avec de la cerise plus sucrée qu’amère.  En bouche la cerise développe rapidement, ni sucrée ni sûre mais certes hyper fruitée.  La finale est encore plus sèche mais encore là on découvre une nouvelle facette du fruit, qui se sucre au fil des gorgées.  Bien que la bière que la bière sur laquelle cette kriek est construite passe un peu inaperçue (tout comme l’alcool), la tactique de troquer l’onctuosité (à la Mort Subite) pour une fraîcheur inattendue est un bon coup de chapeau.

Bièropholie (brassée par Brasseurs Illimités) J89 Bière blonde sauvage 6.5%

j89B+  Y’a moyen d’être fou et de rester compréhensible.

Assez rougeâtre pour une blonde, le parfum quant à lui s’en tient loin aussi avec une impression de sour beer, heureusement soutenu pas un arrière-nez de grain.  La complexité se poursuit après l’agressive carbonation en bouche avec un goût autant acide de fruité, et sans avoir pourri ça a sûrement bien macéré. Végétale (trèfle) et minérale (cuivre), la finale est un peu court mais montre bien son grain aussi, pour rappeler que celui-ci reste l’élément clef.  Avec un beau comfort sous la langue, on dirait que cette bière a séjourné en fût de vin rouge, et bien que ça tire un peu trop partout, ça fait mouche.

Bièropholie (brassée par Brasseurs Illimités) La Saison de l’Orage 7%

bsdo Purement éducatif.

Très très très funky au nez, c’est juste que les levures sont trop fortes et que l’on perd tout le reste dans cette bière d’étable.  Gustativement, c’est le sel qui se joint au funken bouce mais ça fait seulement « bizarre pour le plaisir d’être bizarre ».  Profonde (toujours au niveau des levures), elle est astringente et emprunte peut-être un peu de l’acidité de la saison belge.  Beaucoup trop poussées les levures demeurent qu’un « one-trick-pony » que je ne revisiterais que pour l’intensité des champignons.

Brasseurs Illimités Biérophile Impérial Sauvage Stout Framboise 11.4%

biissfB+  Une belle partie très ludique.

Dans le combat olfactif Stout vs Framboise, je déclare le fruit pas trop faké (un peu comme la Pup Tarts d’Hopera), le tout mélange à un grain plutôt difficile à trouver parce que très profond.  Légèrement liquoreuse, l’attaque est digne d’un vin d’orge au sein d’un nuage de grain torréfié très opaque.  La bouche est ainsi veloutée, avec un passage de framboise avant le retour du café satiné et vanillé.  L’aspect « sauvage » des levures est davantage trame que personnage, et quand on lit (après coup) que cette bière est vieillie en fûts de vins californiens ça fait du sens.  Pour l’ensemble ça me fait penser à la Stout aux griottes de La Confrérie, soit une belle stout éclatée.

Brasseurs Illimités Brett Michel Sour Ale 7%

bibmA-  Si j’étais Simple Malt/Brasseurs Illimités, je demanderais la propriété intellectuelle de la recette.

Tout en sour équinement sauvage de brett, c’est aigre, acerbe et affirmatif malgré le peu de caramel à l’horizon.  Peu de trace(s) de fût autant au nez qu’à la bouche avec un liquide très enveloppant et très brett; à ne pas servir sans avertir donc.  Avec sa belle profondeur indéterminée, la dichotomie barleywine/brett n’est pas subtile (et puis?) mais pour amateur, c’est tout un solo de Rob David Gagnon Lemieux à ne pas manquer.

Rare les fois où je ne prends pas l’étiquette du devant, mais le texte en arrière est encore mieux!

Marché Village Ange-Gardien Scotch Ale Impériale Série Impériale (Brasseurs Illimités) 11.9%

saiB  C’est un peu ça une scotch ale.

Pas très senteuse mais plutôt raisin et caramel sucré, elle est compacte (comme son collet) et demande un long respire avant d’y extirper un peu de grain, lui aussi très opaque. Plus standard en bouche, c’est toujours le raisin sec dans une texture hyper soyeuse. En finale on pourrait croire mordre dans le bois vanillé et mouillé passé au blender, et l’aftertaste est long, très long, devrais-je le dire trop long. Une scotch ale dans les règles de l’art vieillie dans les règles de l’art, un peu unidirectionnelle mais une bonne représentante de son style avec un alcool beaucoup discret que son pourcentage mais un prix (20$+) qui l’est pas mal moins.

Noire et Blanche Würm Vin de blé (brassée par Brasseurs Illimités) 9%

wvdb

Une bière c’est à base de céréales, alors pourquoi le cacher?

B  J’aime bien le terme « brassicole », qui rappelle que la bière vient du milieu agricole.

Drôle de couleur rouge mais le nez ne fait pas de doute : très céréalisée, une rousse sans le côté caramel mais bien du grain vert.  Pesant, le grain est aussi amer qu’il est sucré, et en gorge c’est une grosse grosse grosse gorgée de caramel qui ne finit plus de finir.  Une bière très caractérielle dont l’alcool élevé est très discret, où on s’habitue rapidement au sucré et où l’amertume semble venir du blé et non du houblon.  Facile et assez chaleureuse.

Brasseurs Illimités Ich bin ein Berliner! 3.5%

biibebB  Depuis quand l’alka seltzer est aromatisé aux pommes?

Entre lager (aux niveaux grain tranquille et couleur) et sour (acidité de pomme) ce n’est pas très prononcé côté olfactif.  En bouche toutefois c’est super pétillant, l’acidité est bonne mais simplement sûre; on oublie donc les pommes même si on les retrouvera en aftertaste.  Certes une bière de soif et d’été, elle tire autant sur le fruit (bien qu’elle n’en contienne pas) que sur le citron et l’eau pétillante.

Brasseurs Illimités Simple Malt Scotch Ale Reserve 6.8%

smB-  Étant disponible en SAQ, je m’imagines la conversation entre les dirigeants de la société provinciale et de la brasserie:  « Bonjour Brasseurs Illimités.  On vient de se chicaner avec l’Archibald, alors on aimerait avoir au moins un millième des bières québécoises.  Avez-vous quelque chose à nous proposer?
-Oui, on aurait une superbe sour ale, assez avant-gardiste merci.
-Ouin.  Auriez-vous quelque chose de plus standard?
-Ok, sinon une truculente imperiale stout.
-Re-ouin.  C’est fort en alcool ça.  Ça pourrait faire peur.
-Ok, ok.  ON a une scotch Ale qui goûte le butterscotch profond et sucré.  À la limite vous pourriez qu’elle est fumée au nez mais c’est pas mal pas mal subtil.  En finale on retrouve du houblon tranquille, presque fruité.  On dit pas qu’il va réellement y avoir des trippeux qui vont se garrocher, mais ça peut plaire à tout le monde.
-One size fit all?  On aime ça nous, tant que notre mark-up est en haut de 100%.

Ceci dit, ce n’est pas une mauvaise bière, mais une qui est beaucoup, beaucoup trop conservatrice.  Aucun défi mais du confort.