Brasserie Dépareillée Blanche du Magwa Blanche aux fraises, basilic et poivre noir 5.5%

bdbmLa cote OO : B

Autrement bonne.

Malgré les 3 ingrédients peu rencontrés dans une blanche, le nez est assez standard, bien porté par l’épice du blé.  Même chose en bouche où l’on doit attendre les secondes pour que la fraise sorte, mais toujours pas de basilic ni de poivre, qu’on ne sent en peine en finale.  Le basilic toutefois finit par coller pour donner une bière estivale, à ingrédients, mais qui parait toute aussi standard qu’une blanche orange-coriandre.  Ça fait du bien un peu de variété, et ici on l’a fait avec bon goût.

Brasserie Dépareillée Blanche du Gâteau des Anges 5.5%

bdbjLa bande de Yamachiche ne sont pas les moins aventureux au Québec, pour notre plus grand plaisir.  Dans une mouvance Pastry Stout, ils optent pour la blanche aux gateaux des anges.   Pourquoi pas?

La cote OO : B+

Comme Ricky Bobby, il n’y a que baby Jesus qui existe.

Si on voulait lui donner l’apparence du gâteau, c’est réussi : une mousse bien serrée, et un petit teint blond foncé bien orchestrés, ça semble velouté à souhait.  Quant à elles, les effluves sont plus prévisibles (à l’orange mais peut-être un peu moins de coriandre) malgré qu’on y sente du sucre en cristaux.  Toute à fait réussie en bouche, l’hybride orange et le petit côté vanillé du gâteau des anges est réussi à merveille, pour donner une blanche certainement hors norme mais ô combien merveilleuse, aussi dotée d’une finale pâtissière, sans tomber dans l’éhontément sucré… contrairement à tant de pastry stouts, on en prendrait plus qu’une ou deux ou trois.  À quoi ressemblait votre gâteau des anges?  Ici, miel aux fleurs de bleuets, vanille du madagascar et fraises seraient au rendez-vous (sensitif ou dans la cuve?  L’étiquette n’est pas très claire à ce sujet) pour donner l’une des plus fortes de la Brasserie Dépareillée, qui ne fait déjà pas dans le moche.

Brasserie Dépareillée Pimp My Limo Bière Limonade d’inspiration saline vieillie en fût de whiskey 5.2%

bdpmlwSi la limonade et le tequila font bon ménage, qu’en est-il du fût de whisky?  D’accord pour le whisky sour, mais ça semble moins naturel.

La cote OO : B-

Parce que bien c’est bien mais mieux c’est mieux.

D’emblée, la différence avec celle vieillie en fût de téquila est marquante : bien arrondie, avec le sel plus que contrôlé, difficile de savoir par le nez vers quelle direction on se dirige.  À la gustative, on y découvre du bois d’abord, puis l’acidité de la chose; pas certain à ce point que le tout fasse bon ménage.  La finale est toutefois très arrondie et sans crier au génie il est facile d’apprécier cette version amadouée de la Pimp My Limo; cependant sa faiblesse réside dans le fait qu’elle est moins bonne que l’originale, et à des années-lumière de la superbe fusion « pimpée à la téquila ».

Brasserie Dépareillée Pimp My Limo Bière Limonade d’inspiration saline Pimpée à la téquila 5.2%

bdpmltQui dit limonade et tequila dit chaleur et amour.  Torride ou déchirant?

La cote OO : A-

Parce que Yamachiche, c’est dans le sud non?

L’olfactive de sel, de lime et de sud en général ne veut dire qu’une chose : tequila crude por favor!  Même sensation sur la langue : le sel s’incruste et pique, et on a sû amener une quantité déraisonnable de gazéification pour rendre l’expérience plus que fraîche.  En finale, c’est le fruité, entre goyave, ananas et citron, qui se profile judicieusement.  Démesurée?  Oui.  Pas très intelligente? Oui.  Mais dans les bières déraisonnables, difficile de penser à plus sensée.

Brasserie Dépareillée Chocolate Yaya Hybride Stout et Blanche 5.1%

On prend quel type de verre pour une black & tan?

bdcyLa cote OO : B

Parce que la seule erreur notable c’est qu’on l’annonce comme une hybride.

S’il y a du blanc dans cette noire, ce n’est ni parce son opacité ou son nez de porter , de figue et de cannelle qu’on pense à quoi que ce soit de pâle.  Toute aussi intense, à ses débuts la bouche a le raisin d’un stout impériale russe, bien chocolaté par-dessus le marché.  C’est alors en finale qu’il faudra attendre pour y trouver du fruit plus léger, et plusieurs gorgées pour savoir qu’en fin de compte, elle n’est pas si lourde que cela (à moins qu’on s’y habitue trop facilement).  La note est donc difficile à donner : comme stout ou porter oui, mais annoncée comme une hybride?  Et puis zut, elle est bonne, très bonne après tout.

Brasserie Dépareillée Souffle du Coq Stout au seigle et sarrasin 4.8%

bdscsssB  Peut-être meilleure à l’aveugle, ou bien sans avoir trop d’attentes.

Pour un stout à grains alternatifs, c’est à la fois attirant et standard au niveau olfactif, avec la mélasse du sarrasin qui tient tête à l’orge.  Claire en bouche, le sentiment « ouvrier » de la stout et du porter se démarque bien et s’étend sur du moka bien ferme.  Somme tout, à quelque part en porter et stout avec un aftertaste un peu trop court, mais où la balance est très bien respectée.  Peut-être trop même, je crinquerais le seigle davantage car le sarrasin sort bien mais elle n’est pas assez épicée.