Chronicle Brewing (Bowmanville ON)

c1Bien oui, une autre micro dans le fond d’un motel industriel, qu’on choisira sûrement plus parce qu’on a été voir leur site web plutôt que pour leur « curbside sex appeal ».

En croisant la porte, d’accord une porte qui nous sépare d’équipement de grandeur moyenne.  On tourne le coin et d’accord, une console de jeu rétro et quelques tables.  Mais c’est là qu’on lève les yeux pour regarder derrière le bar.  Pas 3, pas 6 ni même 12 lignes de fûts mais bien 19.  Et pas de bières invités, non, mais oui 19 buvables sur place et 17 disponibles en canette dans le frigo pour emporter, soit facilement le triple de la microbrasserie moyenne Ontarienne.

c2Est-ce que c’est beau donc?  Pas particulièrement.  Mais est-ce que c’est bon?  À en juger par les gens présents, j’ai l’impression de me retrouver à Austin Street pas très loin d’Allagash.  On apprécie aussi la grosseur des verres qui laisse la place à 2 palettes, en faisant une sélection hétéroclite (quoique présentement beaucoup de sours) avec des titres souvent à connotation de films d’horreur…. Ce qui est tout le contraire du contenu du verre.

Alors, on va y?  Devinez donc.  Un must ontarien.

On boit quoi?  Leur Suspirium et leur Blood for the Blood God qui dépassent la simple bière sûre à base de fruits, mais surtout leur Eye of Souran, une ambrée sûre qui fait demander pourquoi ça m’a pris plus de 3000 bières pour croiser ma première de ce genre.

Chronicle Brewing (Bowmanville ON) Hero’s Handbag English Mild Ale 4%

La cote OO : B+

Parce que simple qu’est le style de la mild mais il faut savoir la maîtriser.

Très dominée par le grain, Chronicle sort ici des bières sûres pour une incursion d’abord très profonde en champs d’orge; ça part bien et ça part fort.  Une fois sur la langue, il y a un petit élan d’amertume mais le grain revient en sortie de manière hyper stable, avec exactement tout ce que l’on peut rechercher d’une malt avec bien du biscuit et tout plein de malt.  Parfois, les brasseries hétéroclites peinent à revenir aux classiques, ce qui n’est pas le cas pour Chronicle avec cette mild.

c1

Chronicle Brewing (Bowmanville ON) Blood for the Blood God Cherry Kettle Sour 5.0%

c1La cote OO : B+

Parce que c’est loin d’être du sang royal (donc très rouge).

Même si la couleur ne respecte pas vraiment la bière renheitsgebot, le nez pas très cerisé respecte bien les céréales et ça commence bien.  En bouche, la cerise est encore marquée et bien équilibrée, et joue de belles notes un peu variantes.  On conclut cette belle sour avec juste ce qu’il faut de cerise, de noyau de cerise et d’acidité sèche en se disant « coudonc, ça se boit tout seul! ».  Une superbe entrée en matière chez Chronicle, manquerait juste un peu de levures sauvages et on aurait un produit stellaire.

Chronicle Brewing (Bowmanville ON) Ales from the Crypt Blackcurrent Sour 4%

c1La cote OO : C+

Parce que le fruit ne devrait jamais passer avant le grain.

Pour une sour, ce sera probablement énormément sucré à en juger par le nez, et à voir sa couleur ça sera probablement être « trop énormément ».  Le fruit est hyper marqué en bouche à l’image du fond d’un yogourt aux fruits des champs mais on en oublie même que c’est une bière sûre, et encore plus une bière proprement dite.  La finale est la preuve qu’il y a des limites au fruit (qu’on a atteint ici) mais étant donné qu’elle reste aussi agréablement puérile et facilement buvable il faut bien pardonner un peu… mais pas trop.

Chronicle Brewing (Bowmanville ON) Get the Talking Mongoose Raspberry IPA 6.5%

c1La cote OO : B-

Parce que l’habit rouge fait le cardinal.

S’il y a un fruit qui est bien représenté dans la bière, c’est bien la framboise : c’est bon et plus facile que la fraise à brasser.  Mais dans une IPA? Pourquoi pas.  En tout cas par le visuel difficile de s’attendre à de la subtilité, au nez non plus où c’est 80% framboise (en version sirop) et 20% agrume… pas impressionné à ce point mais laissons la chance au courant.  En bouche elle se veut hyper framboisée, puis un peu plus sèche, puis amère mais encore là, la framboise qui fait un peu plus naturelle est toujours trop « dénaturante ».  Agréable malgré tout, si au GABF le respect du style est clé, ce n’est pas une bière qui se classerait bien haut dans la liste.