Cap Gaspé Rose Bridge Bière de Blé aux framboises 4.9%

cgrbBon, une autre bière de blé aux framboises.  On va se fier sur le talent de Cap Gaspé pour l’élever au-delà de la trop facile recette.

La cote OO : C+

Une randonnée connue et ordinaire, mais sympa.

On ne peut pas dire que c’est à sa couleur qu’on espère une bière autre que trop fruité; le nez va exactement dans la même veine avec une forte odeur de framboise trop franche, déjà sentie maints et maints fois.  En bouche l’amertume surprend, on sent que le houblon veut avoir son mot à dire mais le fruit – heureusement pas trop sucré – prend son envol, spécialement en finale où non, il n’est absolument pas fruité, mais poussé au-dessus d’autre de son genre.  Est-ce que ça en fait une bière à absolument essayer?  Pas vraiment mais il se fait pire.  En bonus on sent encore le côté plus calcaire de la micro.

La Souche Catharina Bière de blé sûre aux fruits de la passion 6.4%

scathLa cote OO : C+

Trop de passion qui été la passion.

Ma définition de « nez approchable » pour une sour avec fruit : Oui du fruit mais le blé bien vert s’y trouve aussi, spécialement dès qu’on la verse.  Exit la céréale en bouche tandis que le jus de fruit de passion enligne le tout vers une bière rectilignement trop simple.  Plus ronde en finale et spécialement sèche en aftertaste (comme si l’on avait croqué des pépins de kiwi séchés), après un début plus posé, on ne peut conclure qu’à un jus de fruit à la bière et non le reste; elle plaira à certains (ceux qui n’aiment pas la bière normale) mais quant à l’auteur de ces lignes, il juge qu’il se fait mieux.  Mieux contrôlé.

La Souche Tourbière Bière de blé sûre à la chicouté et au thé du Labrador 4.5%

stLa cote OO : B+

Parce que c’est ce que ça goûte la chicouté?  J’adore ça alors!

Certes sûre, si on aime les bières sûres « straight », le nez nous rassasie avec qu’une pointe de groseille qui semble se cacher derrière des lactobacilles, et un brin un peu bizarre de gomme balloune.  Encore plus acide en bouche, le fruit migre vers le bleuet pas très mûre, et le thé – pour le moment – est absent.  Pour conclure, c’est fruité au pas possible et à défaut d’être puriste de la bière (lire ici « de la bière sûre c’est pas d’la bière! »), c’est une bonne sûre, certes très teintée mais pas excessive.  Et si le thé du Labrador est plus que subtile, en autant qu’il amène un aussi bel équilibre, on est content de sa présence.

Le Presbytère Bedargousier bière de blé a l’argousier 4.8%

La cote OO : B-

Parce qu’hétéroclite certes, et même si l’on peut ne pas aimer l’architecture, la construction est bien finie.

L’argousier n’est pas le fruit le plus volubile et bien dosé comme dans cette bière, elle laisse davantage parler le blé.  Assez sèche et houblonnée par la suite (trop à mon goût), si bien qu’en finale le sucre du grain paraît plus fort qu’il ne l’est en réalité.  Pas la meilleure bière à boire à Saint-Stanislas, mais l’argousier autrement, pas dans une bière trop fruitée mais qui s’approche de la pale ale.

presbytere_juin2019

Unibroue Éphémère Bière de blé aux fruits Cassis 5.5%

ephemere_cassis

Pour dehors, gros max.

Pas convaincu des éditions éphémères d’Unibroue… est-ce que la version cassis saura me ralier à leur cause?

Si le nez a une seule chose à dire, elle le crie : « FRUIT! ».  Dans ce cas-ci, le cassis est donc tonitruant, éliminant toutes les chances de l’orge, du blé, des levures et du houblon d’exprimer le moindre mot de saveur.  C’est donc avec satisfaction qu’on retrouve le blé (un peu de) et  de houblon à l’arrivée en bouche.  Assez longue pour une bière de ce type, sans être une bière grandiose c’est pas mal mieux sentie que les insultants Jũ des Brasseurs du Monde.

La cote OO : C+

Parce que je la garde en 6 pack pour les invités.  Et on aura beau dire ce que l’on veut sur les plus ou moins (d’accord, moins) vraies lambics de Schoune, elles sont pas mal plus à mon goût que cette nouvelle éphémère, qui ne choquera personne non plus.

Allagash (Portland ME) Trollekelder Dark Wheat Ale aged in peated Scotch barrels 9.8%

at1Très profonde mais pas très complexe, contrairement par exemple à la scotch de Brasserie Générale vieillie en fût d’Islay ici la tourbe semble absente.  Heureusement, la cerise est autant intense au nez qu’en bouche mais c’est surtout lorsqu’on l’avale qu’on mets finalement le pied sur Islay, j’avancerais même plus spécifiquement à Bowmore.  Bien que pour le blé ce n’est pas autant dominant qu’on pourrait l’attendre, c’est une bière qui demanderait plusieurs visiter alors ne reste qu’à espérer qu’Allagash l’embouteille au lieu de simplement la servir à leur pub.

La cote OO : B+

Parce que c’est une bière 100% au niveau du bon goût.

at2

Unibroue Éphémère bière de blé aux fruits Bleuet 5.5%

ueb3Avec Unibroue, on a droit – ou plutôt on prend le droit – de s’attendre à de la qualité.  Ici, les levures typiques y sont mais le fruit semble être celui d’un sirop concentré plutôt que de vrais fruits.  Les papilles disent d’abord  autrement en étant frappées de poivre noir et de bleuets tellement intenses qu’on pourrait croire qu’ils sont brûlés.  Dans le même ton l’aftertaste passe son billet de bleuet davantage brulé que sucré, le tout dans une intensité qui ne laisse plus de place au blé ni aux levures.  Pour la piscine pas pas nécessairement le salon de dégustation.

La cote OO : C

Parce qu’on peut comprendre que la taille des cuves d’Unibroue rendent les bières de fruits difficiles à réaliser avec des fruits frais, mais on aurait pû y aller plus subtilement sur le fruit ici.

Pie Braque Blanche Bière de Blé ensoleilée 4.5% 20 IBUs

pbbB-  Il y a blé et BLÉ.

Ici on a certainement pas lésiné sur la céréale sucrée, car au-delà d’un peu de levure d’orge, c’est le BLÉ qui domine l’olfactive.  On est donc pas surpris en bouche, malgré que cette bière migre temporairement sur la blonde de grand marché, comme si on avait emprunté les mêmes houblons discrets.  Retour du blé en finale où c’est loin d’être désagréable même  si c’est plus un exercice d’amabilité que d’originalité. Avec un peu d’orange et de coriandre dans les gorgées subséquentes, c’est une bière satisfaisante, sans plus. Ni moins, dans les grandes règles de l’art.

LTM Série signature Hopfenweisse bière de blé 6%

ltmh

On me vend le houblonnage à tendance américain mais je ne mord pas trop.

C+  Il n’y a pas de moule pour les plus belles statues.

Douce que cette bière de blé, conservatrice quoi, avec un houblonnage de vanille et de violette africaine tout aussi prévisible.  Précédente d’une pointe de poussière finie, en bouche il y a du citron bien pétillant, lui aussi trop confortablement assis au volant d’une automobile sur le régulateur de vitesse.  En gorge, le citron est rejoint avec une pincée de sucre et un aftertaste de blé.  C’est bien, c’est bon mais rien en dehors de la norme ça ne mérite pas une grosse note.

McAuslan Brewing St-Ambroise bière de blé à l’abricot 5%

D  Une bière qu’on peut terminer mais qu’on ne reprend pas.

L’abricot en avant de l’avant-plan, au nez j’ai l’impression d’avoir une vodka trop fortement aromatisée au fruit, donc de la confiture d’abricot ou à tout le moins un espèce de concentré d’où le blé est dans le meilleur des cas approximatif. Un peu plus posé – l’espace d’une seconde – avant le boom du fruit qui revient en bouche dans une très bonne carbonation (faut bien lui trouver des qualités) et finale dans le même concept où en gorge on peut éventuellement croire à de la céréale, non sans peine. Et s’il y a houblon (l’avant dernier ingrédient de la liste loin derrière « essence naturelle d’abricot ») ce n’est que pour l’aspect conservation.