Malbord La Tripeuse des Bois Blonde Belge au miel et au thym 7% 26 IBUs

mtdbLa cote OO : B

Boucle d’Or : la légèreté parmi les ours.

Foncée comme une blonde d’abbaye (donc belge), ainsi il n’est pas très surprenant d’y renifler un côté de boulangerie et de sucre candi assez fidèle à l’Europe.  Plus de fraîcheur en bouche avec la rondeur du miel qui ne se veut pas trop pesant, le tout conclut dans une finale où le thym donne une touche de vert que le houblon n’amène peut-être pas.  On est pas au niveau de la blanche thym-citron de leur « voisine » de Carleton-Sur-Mer, mais pour y avoir ajouter du miel, l’exercice se veut assez joviale et amusant.  Un exercice jovial (mais encore à 7% il ne faut pas trop abuser) de Malbord qui opte d’une belle recette sensée.

Le Presbytère Blanche d’Émilie Blanche Belge 4.7%

pmb-1La cote OO : B

Adaptabilité, franchise et facilité.

Très lilas, et pour le côté céréale on est dans le Sugar Crisp, il faudra donc la boire pour y trouver les levures davantage belge, spécialement avec le côté du pain qui explose en finale.  Simple certes à analyser, la seconde gorgée l’est encore mais ce n’est pas une bière insipide pour autant :  bien houblonnée pour une belge (sans être amère, loin de là), c’est le printemps belge sans contredit.  On enfile ensuite les gorgées e pas une n’est plus compliqué, mais pas une plus désagréable non plus.  Franche et simple, et souple.

L’Oxymore Microbrasserie Blanche de Type Belge 4%

oxblLa cote OO : B-

Un coupe-pizza : l’orange n’est pas seulement ronde, elle tranche parfois.

Orangus maximus, la coriandre n’est pas au rendez-vous mais pour le reste, ça semble une blanche tout à fait correcte.  Elle piquera ensuite la bouche, mais le curacao (l’orange) vivote bien malgré une bière assez sèche merci.  Pour ce qui est de la finale, la fine herbe se pointe et se prolonge à travers l’aftertaste, lui aussi sec pour une blanche d’été plus rafraîchissante que réconfortante, avec une petite pointe de houblon bien placée en bonus.

Labrosse You had Me at Merlot Quadruple Belge 10%

lyhmamLa cote OO : C

Bière sucrée + raisin sucré = sucré.  Trop.

Même pour une quadruple, c’est une belge qui en impose visuellement avec sa couleur très foncée et teintée de rouge; c’est peut-être le mot Merlot dans le titre mais c’est comme si on s’attendait à y trouver du gros raisin charnu.  Sans totalement être dénué de raisin, c’est un nez d’orge caramélisé qui se profile, camouflant ce qui semble être réservé pour les papilles.  Celles-ci seront récompensées par la même orge, pas trop sucré pour une belge, pas loin de la stout même.  Or, sur le bout de la langue l’astrigence est détectable et on ne sait toujours pas ce qui résultera.  On profitera donc de la finale, plus fidèle au style tout en présentant un peu plus de levures que dans la plupart des belges et finalement, après plusieurs gorgées, un indéniable moût de vin, qui finit par être trop lourd.  Valant certes la peine d’être bue un peu plus chaude pour en tirer toutes les subtilités du grain et du raisin, bien qu’adéquate même si trop costaude, ce n’est pas celle que je recommanderais en premier chez Labrosse.

Brasserie de Blaugies (Belgique) La Moneuse bière artisanale Belge 8%

moneuseLa cote OO : B

Parce qu’il convient parfois de passer par 4 chemins.

Un peu faible comme description : « bière artisanale belge non filtrée à base de malt d’orge et refermentée en bouteille ».  Ça convient à pas mal de style alors pas moyen de savoir sans goûter…

Hé bien, la description suffisait peut-être avec le mot belge : des levures, du gros pain et juste la petite touche de houblon assez typique à l’Europe, le tout recouverte d’une mousse assez compacte pour que le liquide ne s’oxygène trop rapidement.  En bouche, la vieille maison de campagne sur l’étiquette fait encore plus de sens, alors qu’on est en territoire presque farmhouse de par les levures encore plus perceptibles à ce point.  Cette belge donnera son dernier souffle sur un petit tas de poivre noir.  Il faut se sentir d’attaque pour une bière plutôt lourde, mais ça reste une bière à la croisée de chemin de plusieurs styles belges qui hormis le prix – 12$ à la SAQ – vaut la peine qu’on s’y arrête.

Griendel Manque juste un beau belge (collabo Vitriol) Blonde Belge 4.6%

gmjubbBlonde Belge : à quoi s’attendre, une monastique appuyé par du sucre candi ou la partie plus pâle avec de l’orange et de la coriandre?  Pour le nez c’est la coriandre très épicée qui attaque les narines et dès lors on mets en doute la couleur dans le nom; c’est très sexy mais juste pas dans la bonne catégorie.  Accompagnant l’épice, des fraises et non pas de l’orange apparaissent en finale, de manière « confiture maison ».  Sans amertume, une bière qui ne laissera personne amer.

La cote OO : B

Parce que c’est une de ces bière que l’on sert pour le goût et où on laisse faire le respect du style.

Microbrasserie des Beaux Prés Culbute Triple de style belge 8%

mbpcFull automne, avec sa belle couleur orangée même servie en hiver on voit les feuilles en couleurs dans les arbres.  Pour le nez, en me laissant influencer par la couleur j’y trouve de la confiture de citrouille accompagné de la touche nord-américaine au niveau du houblonnage dans cette bière sucrée comme bien des belges.  Sirop de pêche aussi.  La bouche est évidemment sucrée mais c’est le fruité qui est toujours à l’avant-plan, le tout dans un texture soyeuse mais dans un développement limité.  La finale quant à elle voit davantage de scure, un peu de fruit et un aftertaste bien balancé, dans une chaleur digne du 8%.  À ne pas manquer et l’une des meilleures de la côte de Beaupré.

La cote : A-

Parce que l’ajout de fruit – ou du goût de ceux-ci – dans un style belge n’est peut-être pas nouveau mais lorsque c’est aussi bien exécuté par une micro Québécoise, on ne peut qu’applaudir.

Beau’s Serie Farm Table Grisette Ale de style belge 4.9%

bg1Belle mousse!  Entre belge et saison au nez, c’est autant sucré que frais.  Pétillante, citronnée et poivrée sur une colonne vertébrale de sucre,le mélange est très bien accueilli en bouche et passe aussi bien en gorge où celle-ci découvre une belle grosse ration de houblons mi-anglais, mi-allemands.  Probablement ma préférée de Beau’s, la grisette est un beau style un peu à l’instar de la saison, qui allie le rafraîchissement de l’IPA américain et la douceur de la campagne belge, le tout dans un feeling qui dépasse aussi le goût.

La cote OO : A-

Parce que grisette rime avec bonne franquette.

 

bg2

To life.  And all those kind of things.

Brouhaha Cuvée des Saveurs

cds

Quand on parle d’un achat à l’aveugle… faute de colle sur l’étiquette la surprise n’en sera que plus grande.

Douce avec une touche de muscade et du sucre candi, autant au niveau du visuel que de l’olfactive on semble être en territoire belge.  Même chose en bouche : bien sucrée, bien ronde, on vogue tranquillement vers une finale assez houblonnée et teintée de cannelle, de muscade et de poivre noir.  Avec un gros élan d’amertume presque citronnée, on a quitté le vieux continent pour se retrouver en Amérique et ce qu’elle a de moins subtile.

La cote OO : C+

Parce que lorsqu’on parle de cuvée « Des Saveurs » on a raison au niveau du nombre, mais on voit aussi assez facilement des cuvées plus homogènes.

Brasseurs RJ Titanic Ale de Type Belge 7%

rjt

D’accord, une peu de ma faute d’avoir attendu environ 2500 bières avant d’y goûter.  Toutefois, RJ ne s’aide pas avec leurs étiquettes pas très remarquable et dans ce cas-ci le concept d’un gros paquebot anglais (qui coule) pour une belge à peine à 7%.

Probablement du côté brune belge, la robe est hyper serrée et augure bien, tout comme le nez autant prévisible qu’habile, le tout pas très épicé mais juste assez.  Lourde de malt entre brûlé et sucré, la bouche est imposante et on ne sait sur quelle papille réellement danser, jusqu’à la finale où l’on mise sur la cannelle et surtout la muscade pour emporter l’aftertaste un peu plus à l’écart du grain. Correcte, mais bien qu’on semble qu’elle s’inscrit dans le style, elle est loin d’en être une grande interprétation et encore moins un « must » québécois.

La cote OO : C

Parce que Brasseurs RJ font partie des premières microbrasseries au Québec et jouissent toujours d’une excellente distribution, mais ce n’est pas avec des bières de ce genre qu’ils vont attirer des grands amateurs à la découverte/redécouverte des bières d’épiceries.