À la Fût Fugitive Camerises Fermentation sauvage barriquée 30 mois 5%

alffcLa cote OO : B-

Pas toutes les interprétations d’une grande recette sont aussi grandes.

Bien qu’elle est vanillée comme la Fugitive Prunes Jaunes, cette version camerises s’approchent des levures de la bière au yogourt comme celle aux Skyrs islandais.  La camerise est rarement un fruit qui s’en laisse imposer et ce n’est pas le cas ici non plus : le fruit est assez acide et fait disparaître la fermentation sauvage beaucoup plus présente dans la Fugitive Punes Jaunes.  Bonne comme bière estivale, mais avec tout le travail mis pendant plus de 30 mois, ne vaut pas autant la peine du trouble que la version Jaune.

À la Fût Fugitive Prunes Jaunes Fermentation sauvage barriquée 30 mois 5%

alffpjLa cote OO : A-

Pas seulement que le raisin qui est bon dans le Niagara.

Dès la première volute, le combat olfactif fait rage : la prune jaune est forte mais le 2 ans et demi en fermentation sauvage est loin d’être sur la défensive, tout comme le chêne vanillé du baril.  Accalmie en bouche toutefois où il faut attendre de longues secondes pour voir d’abord la levure, puis le pruneau sortir des tranchées.  Le fruit l’emportera toutefois de manière sans équivoque, tandis que la fermentation, loin d’être absente, rend les armes fièrement.  Toute une cavale pour cette fugitive, qui comparativement à la Double Kapi aux pruneaux jaunes se veut plus sèche et plus intense.  Pas que ça lui nuise, avec un A- on ne peut que conseiller d’en faire des réserves.

Tête d’Allumette Zito Barriquée 4.8%

ta_2019_2La cote OO :  B+

Si le climat le permettait, le raisin vinicole pousserait dans le Kamouraska.

Intéressante : plein de houblons tropicaux mais du blé en même temps.  De l’orange sucrée en fait.  Le grain ne fait pas de doute mais on gagerait sur un barriqué de vin blanc – en fait elle pourrait faire penser à la Dulcis Succubus.  Bien ronde sur les joues, elle goute davantage qu’une bière à 4.8%, et amène du raisin blanc.  La finale est encore plus ronde – du blé ou beaucoup de moût.  C’est certes pas désagréable, et on apprécie beaucoup.  Le soleil en début d’hiver au vin… au VENT du fleuve.

Depuis le début, je pensais « saison » mais juste pas assez sûr par l’absence de poivre noir.  J’aurais dû me fier à mon intuitiion.

Les Grands Bois La Partie Parfaite Bitter fumée barriquée avec brettanomyces 7.3%

gbppLa cote OO : B

Parce que c’est bon du pain multigrain bien fait.

Avec une bière autant multigenre, le nez pourrait être plus varié et surtout plus fumé; peu de trace de fumée ou de bitter à l’olfactive.  Le goût est entre lichtenhainer (un peu sûre mais peu fumée) et bitter (assez houblonnée).  La finale s’approche passablement de la Boson de Higgs mais avec un peu moins de magie et beaucoup de chêne sur le bout de la langue.  Au finale, même si les éléments sont assez disparates l’ensemble tient la route, pas au point d’une partie parfaite mais un bon score au finale.  Si c’était moi je crinquerais un peu plus la dose de grain fumé au bois de noyer.

A la Fût Vieille Bruin de Mekinac barriquée 24 mois 7.4%

alfvbmLa cote OO : B+

Comme le dirait le poète américain Brett Michaels, « I want Action tonight, satisfaction alright ».

Apres la rouge la brune?  Venant des cowboys de chêne de St-Tite on s’attend a du funk contrôlé et une bruin assez sèche.  Le nez est modérément vinaigré tandis que le balsamique n’y est à peu près pas.  Astringente en bouche c’est n’est pas la oud bruin remplie de caramel sauvage mais une bière très certainement funky qui fait rentrer les lèvres par en-dedans, en présentant aussi des figues et de mûres pas toutes a fait mures.  La finale est tranquille… bref plus tranquille mais pas moins goûteuse, on est dans le sauvage belge brun dans ce qu’il a de plus fou.  Concluant sur un aftertaste quu fait picoter le derrière de la langue on la garde certainemrnt pour les initiés.  Tout sauf une biere de repos.