Garrison Brewing (Halifax NS) Wintervention Rum Barrel-Aged Chocolate Imperial Stout 11%

gbwintervention

Ma première bière avec une souffleuse sur l’étiquette.

La cote OO : B

De la royauté proche du peuple.

Si j’avais eû à prévoir le nez qu’elle aurait c’est exactement comme je l’aurais imaginé :  du cola, de l’orge sucré, de la cassonade, un brin de vanille et un mince filet de cacao qui s’intensifie en respirant.  Même à l’extérieur du corps elle semble chaude – normale à 11% d’alcool.  Le grain se révèle passablement plus grillé et à la limite de l’astringence une fois arrivée sur les papilles.  Puis c’est du chocolat liquide pas trop pesant, tandis que l’apport du baril semble assez limité.  Pas trop lourde et spécialement approchable, une stout vieillie pour ceux qui les redoutent; toutefois des points en moins pour ceux qui chercheraient un goût de rhum, car s’il y en a c’est un rum foncé à la Goslings Black Seal.

Eviltwin Brewing Grand Cru Cuvee Double Barrel Edition Maple Bourbon and Marsala Wine Barrel Aged Stout and Barley Wine Ale Blend 12.5%

etgccC’est du titre ça!  Parlant de titre, celle-ci titre à 12.5%, on prévoit quelque chose d’assez chaud merci alors!

La cote OO : B+

Un bel algorithme complexe, c’est de l’art pour geek.  Geek power!

Pour moi, du marsala, c’est un vin pour déglacer une poêlée de champignon, mais un baril rarement rencontré dans le vieillissement de la bière.  Peu de champignons dans cette bière qui fait assez porter merci, avec du bourbon à l’érable et un peu de sel (le marsala?) en bonus.  Puis en mettant en bouche, on est immédiatement d’accord avec le nom Grand Cru : c’est complexe à l’extrême, partageant des goût de grain, de sirop, de torréfaction, de raisin sec, de miel, de moka, de vin d’orge, puis une fois avalé, d’orge encore plus intensément caramélisée… et alcoolisé.  Quand « dangereuse » est un sous-entendu, c’est un mélange judicieusement lourd, très lourd, avec un aftertaste qui n’en finit plus de finir, et qui fait conclure au fait qu’on la laissera bien réchauffer dans le verre pour ne pas trop se réchauffer trop rapidement justement.

Big Slide Brewery (Lake Placid NY) Barrel-aged Imperial Juniper Berry Blonde Ale 9.4% 19 IBUS

bsbjbbLa cote OO : A

Eurk.  Peut-être pas finalement.  « Another berry blonde please ».  Coudonc.  C’est bon.  Non, c’est très bon.  « A last one please ».  C’est génial.

S’attendant à du genièvre, le nez ne surprend pas, et le fond de bière sûre boisé à la gomme de sapin est agréable, le tout sur un fond assez lourd (normal à 9.4%).  Cette blonde explose rendue en bouche, de bonbon sûrette d’abord et de genièvre ensuite.  Et si l’on pourrait penser que la baise s’arrêterait là… ouch la gorgée.  À la limite de l’amertume, il s’agit d’une expérience pour ceux qui ne ferment pas les yeux devant la peur.

D’accord, c’est une bière hyper typée, de type « mad scientist ».  Là où l’on commence à comprendre la folie toutefois, c’est lorsqu’elle se réchauffe dans le verre et que les notes de vanille venant du fût sortent pour amadouer le reste.  Et ça devient franchement intéressant, à un tel point qu’au cours de la semaine passée à quelques centaines de mètres de Big Slide Brewery, c’est celle que j’ai commandé le plus souvent.  Malheureusement, je ne peux la rapporter à la maison pour la faire vieillir encore plus mais selon Kevin (le brasseur), ça sera possible plus tard dans l’année.  Le détour semble un peu incontournable alors.

Pour conclure, c’est une bière définitivement pour public averti, comme un bon film un peu bizarre.  Donnie Darko vient rapidement à l’esprit.

Big Slide Brewery (Lake Placid NY) Barrel Aged Imperial Pilsner 9.7% 35 IBUs

bsbfall20182Le concept d’Imperial Pilsner m’appelle: un style léger en version intense?  Le tout commence de manière hyper standard avec ses odeurs de grain mielleux pas très houblonnées.  En bouche pourtant l’amertume est assez fort et aucune trace de la vanille (et du vin blanc) du fût de vieillissement jusqu’à ce moment.  Après plusieurs gorgées on l’apprécie bien cependant à 20$ la bouteille on pourrait s’attendre à plus abouti.

La cote OO : B-

Parce qu’on ne peut pas pas l’aimer, et qu’en lui donnant plus de fût on aura probablement un beau petit bijou.

Great Adirondack Brewery (Lake Placid NY) Barrel Aged Rooster’s Breakfast 10.6%

gabarbLa cote OO : C+

Parce que le café doit être votre tasse de thé, sinon de bouche mieux balancée que tout le reste.

Bien que du sirop y soit ajouté, avec un nom comme Rooster’s Breakfast on peut se douter que la Colombie y soit prédominante, et c’est bel et bien le cas au nez.  Sur la langue, l’amertume est trop fort pour tout le café, on profitera donc plus de la finale où le bois du baril de finition est davantage perceptible – mais jamais au point de pouvoir détecter le pinot noir.  Malheureusement, l’aftertaste de café est beaucoup trop fort, ce qui fait que le 10.6% est à peine perceptible.

Middle Ages (Syracuse NY) Fearless 2018 Barrel Aged Coffee Stout 12.7%

ma4Pour une bière au café, c’est davantage la tasse qu’on sert après un bon repas que celui qui est bu au lever pour se réveiller; bien torréfié mais tranquille aussi.  Fort en bouche, il se doit d’être avalé rapidement pour ne pas trop abasourdir les papilles, et en ce faisant, l’amateur de stout est récompensé par une finale hyper longue (je parle ici dans 1% des plus longues) le tout en démontrant que le café n’est pas obligé d’être une violent expérience d’amertume.

La cote OO : A-

Parce que la douceur est le nom du jeu et la partie une démonstration de longueur d’aftertaste.

Founders (Grand Rapids MI) Barrel Aged Series 2017 Backwoods Bastard Bourbon barrel-aged scotch ale 11.21%

fbbastardLa cote OO : B

Parce que les bières dessert c’est bien, les bières de dessert chaleureuses c’est mieux.

Brune mais très opaque, le style est difficile à déterminer au visuel alors il faut se fier au nez qui suggère un drôle d’hybride entre la porter et la scotch ale, ou alors c’est que dès lors il s’agit d’un porter emporté par le baril de finition.  La bouche est toutefois assez marqué par le grain et le moka brun, et on comprend peut-être alors la partie « bastard » du nom car c’est intense et innatendu.  La finale est dans le bourbon… je vois facilement un baril de Knob Creek avec un bon 3-4 pouces de spiritueux dans le fond de celui-ci.  Pour les gorgées subséquentes, c’est le moka qui s’incruste pour ce qui se veut fianlement une scotch ale intense mais qui ne cache vraiment pas ses 11%.

Bunker Brewing Company (Portland ME) BA (barrel aged) Trashmaster Imperial Stout Aged in Calvados Apple Brandy 9%

bbbat Étude sur la différence entre « très bonne » et « exceptionnelle » .

Douce comme pas possible, ça semble être un stout impérial tranquille, avec de la pomme pour le moment absente du nez.  Gustativement, la pomme s’est sort par contre très bien, bien vanillée de surcroît avec une pointe épicée avoisinant la cannelle, le tout sur une toile de fond de subtil grain torréfié.  Enfin, la finale est ronde, très ronde même, pour conclure une très bonne stout impériale, raisin et pomme comprises, mais peut-être trop tranquille pour percer le plafond de verre de la côte A.

Woodland Farms Brewery (Kittery ME) Barrel Aged (Bordeaux) Sour Lager Saison

wfB+  Rouge comme le contenu du baril.  D’une fine dentelle aussi.

En un mot: envoûtant.  Quoiqu’assez neutre avec son grain, c’est une olfactive pleinement parfumée emplie de vanille et de potpourri.  Presque sale mais aussi velouté en bouche, le parfum s’installe sûrement, lentement et tendrement… toute à faite sexy quoi!  Pour la conclusion, c’est ensuite rapidement embrassé par des houblons citronnés et à peine poivrés.  Le baril de Bordeaux était un pari assez risqué mais qui paye à la hauteur du courage investi.

Hidden Cove Brewing Co Fragola Barrel Aged Belgian style Fruit Ale Italian Series 6%

hcf

Comme quoi le pire des verres ne peut pas nuire à une excellente bière.

A  Si laisser parler la bière est votre créneau comme le mien…

Malgré les fraises, c’est l’orge qui ressort et le côté sauvage qui provient sûrement du baril de Valpolicella; c’est ainsi alléchant comme un bol de nos céréales préférées.  En boucche, la fraise continue de se battre mais la bière conserve avec éclat le sentiment de bière aux fruits belges.  La finale est dans le même élan, un peu vineuse et toujours portées par les levures.  Une bière sexy où beaucoup d’éléments auraient pû prendre le dessus, mais non, la superbe chorale reste bien égale.  À l’opposé de me déplaire, avec cette bière Hidden Cove passe dans le clan des « must try breweries ».