Bièropholie (brassée par Simple Malt) Old Ale Rhum Bière Pirate 9 mois en barriques de rhum 9 mois 9%

Cote OO : B-

Rhum bière. 

Old Ale ou « bière de style anglais en fût de quelque chose qui oublie sa base »?  Il faudra faire semblant d’oublier le nez car il s’agit d’effluves de vanille de fût et de caramel de rhum industriel.  Ça semble bon, ça semble rond, mais le côté « orge funky » de la old ale semble loin.  Le rendez-vous avec les papilles est ensuite un peu maladroit, et prend une éternité (20-30 secondes) pour finalement donner assez de caramel funky pour l’appeler old ale.  Toutefois, il faut la considérer dans l’ensemble et l’ensemble, elle est trop emportée par le baril de rhum sûrement trop mouillé.

Brasseurs sur Demande Sour Fuzz Pêche Framboise 4.5%

Cote OO : B-

C’est la bière qui est fuzzy, pas le fruit.

Cannette éclatée, bière éclatée?  Ou bien jus éclaté?   Pas de doute qu’on se dirige directement dans le fruit avec la pêche et la framboise qui font très, très bon ménage mais qui éclipsent aussi toute trace de bière potentielle.  Malheureusement, la framboise s’empare de l’expérience gustative et ne laisse que la pêche flotter sur le dessus, et en emportant même l’aspect sûr de la bière.  Certes, pour une bière « jus de fruits » on peut être satisfait mais pour une bière bière, on va demander la prochaine s’il-vous-plait.

Bancroft Brewing Rusty Husky Amber Ale 5.6% 25 IBUs

Cote OO : B-

Ambrée à l’américaine.

Avec une couleur qui marche à la perfection avec les Browns de Cleveland, ça va foutrement bien dans le cuivré, de la couleur au nez qui rappelera assez faiclement la vienna lager. C’est simple mais ça marche.  La bouche est moins marquée par le grain que le houblonnage, anglais mais aussi intense que certains hopbills américains (d’ailleurs, elle contient des houblons du sud de la frontière).  On aura ensuite droit au même intense houblon, d’amertume modéré mais de flaveurs bien présentes.  Le terme « ambrée » peut prendre bien des formes et pour Bancorft, on semble avoir choisi le côté « houblonnée à l’européenne »; on pourrait donc lui souhaiter davantage de malt mais pas une mauvaise ambrée pour autant.

Microbrasserie Charlevoix Festif! De Baie Saint-Paul India Pale Lager 4.5%

Cote OO : B-

Pas de là à faire le party.

Peu de surprise dans cette IPL bien citronnée outre qu’elle se veut plus sèche que la moyenne des pales.. ales (plus ou moins une surprise donc).  C’est « clean » et simple donc, alors on la goûte sans hésitation, puis c’est la même chose avec un peu de gazon bien frais dans une amertume qu’on pourrait qualifier de tranchante.  Moins aggressive, la finale est plus approchable quoiqu’encore plus herbeuse, et se conclut de manière assez rapide.  Une IPA franche donc, mais outre une pointe de vert et une simplicité effarante, rien qui ne veut le détour.

La Fosse Nocturnité #3 Stout au caramel salé et cacao 7.5%

Cote OO : B-

Un jour de ligne offensive qui ne se fie pas seulement à son poids.

Pour certains c’est le café et pour d’autre le cacao.  Ici le caramel en plus du cacao pourrait faire peur pourtant le nez est assez neutre outre le fait que la torréfaction semble plus lointaine qu’à l’habitude.  C’est certes une bière lourde d’abord mais en la gardant plusieurs secondes en bouche le côté de grain très bien grillé l’allège, le tout avec le cacao salé sur le bout de la langue.  Le caramel se gardait pour l’arrivée en gorge mais ne pèsera pas trop, il ne s’agit pas du genre de stout qui pèse trop lourd sur le cœur (ou le fait trop monter) pour n’en boire qu’une seule.  L’amateur de bière au café n’y sera peut-être pas rassasié (surtout face à la Nocturnité #1 qui avait un peu plus de punch) mais à tout le moins il ne sera pas écoeuré.  

Emporium Monkey Lime Milkshake IPA à la key lime 7.2%

Cote OO : B-

Assez ou trop.

Pas habitué de voir des milkshakes aussi foncées et aussi lourdes de grain l’olfactive, tellement que le fruit semble se lever de croûte de biscuit Graham plutôt que de la meringue.  L’amertume est bien sentie en bouche et l’agrume monte tranquillement en autant qu’on la garde en bouche.  Pour la finale, c’est la tarte sans le sucre avec de la lime dans toute l’allégresse de son acidité.  Oui le côté rond  y est mais l’acidité tellement forte que ça en devient une IPA très amère et acide.  Reste à vous pour savoir si c’est assez ou trop.

2 Crows (Halifax NS) Jamboree Bière sûre goyave et fraises 4.8%

Cote OO : B-

Pour ceux qui préférent leurs jus secs.

Une bière à 2 fruits : idéalement, on aimerait y trouver les fruits bien répartis, disons un tiers fruit 1, un tiers fruit 2 et un tiers mélange grain et levures.  Dans ce Jamboree, exit les céréales ou les levures, le mélange de fruits est bon mais c’est tout ce qu’on y trouve au nez.  En bouche la fraise semble prendre de l’avance, mais c’est la désopilante gazéification qui trône et qui pique beaucoup.  La langue est ensuite mieux préparée pour les prochaines gorgées, mais toute aussi sèche, alors que les fruits sont plus posés et demanderaient peut-être la rondeur des lactos qui manquent un peu.  

Emporium Battaglia Sûre aux abricots et à la mangue 6.4%

Cote OO : B-

Simplement ça.

Bien pâle à l’olfactive, mais principalement pour le côté bière et mangue; j’ai l’impression d’avoir un bon vieux Ju-Tel à l’abricot sous les narines.  Le liquide est particulièrement pétillant et frais, exit l’aspect laiteux qu’on aurait pû détecter au nez alors que la finale est en gras mangue.  Défaut à noter principal : le manque de longueur.  Pour une édition un peu plus spécial de l’Emporium, on pouvait s’attendre à mieux.  Ça reste heureusement une bière de fruits agréable, mais simplement ça.

Shawbridge IPA 117 5.8%

Cote OO : B-

Droite au but, de manière calme.            

À l’aveugle (ou plutôt sans le savoir), si l’on ne juge qu’à l’olfactive on pourrait avoir à faire avec une NEIPA très crémeuse (et très portée sur l’orange).  Sans être convaincu donc, il faudra y gouter pour y trouver une IPA ronde mais certes plus amère qu’une NEIPA sans l’être de manière irréfléchie.  Retour au calme relatif d’une IPA en finale qui ajoute un brin d’herbes vertes à l’extérieur.  La route entre Montréal est longue, assez droite, mais aussi ensoleillée et clôturée par la végétation.

Shawbridge Shaw Light Golden Ale 4%

Des montagnes toujours bleues, même tablette ».  Kin Coors!  Nice.

Cote OO : B-

De couleur quoi.

Or ou cuivre?  Foncée et pas si limpide, Light semble très loin de Lite, et on peut s’attendre à bien de la personnalité.  Cependant en bouche elle s’éclaircit beaucoup, du moins jusqu’à ce qu’elle touche le derrière de la langue avec un long doigt assez amère quoique loin de la IPA.  On regoûte alors avec de différente appréhension en y trouvant des houblons européens (difficile à déterminer entre inspiration belge ou anglaise) et une finale juste assez soutenue.  Le terme light semble donc tout indiqué en gardant assez de personnalité.  De couleurs quoi.