Emporium Monkey Lime Milkshake IPA à la key lime 7.2%

Cote OO : B-

Assez ou trop.

Pas habitué de voir des milkshakes aussi foncées et aussi lourdes de grain l’olfactive, tellement que le fruit semble se lever de croûte de biscuit Graham plutôt que de la meringue.  L’amertume est bien sentie en bouche et l’agrume monte tranquillement en autant qu’on la garde en bouche.  Pour la finale, c’est la tarte sans le sucre avec de la lime dans toute l’allégresse de son acidité.  Oui le côté rond  y est mais l’acidité tellement forte que ça en devient une IPA très amère et acide.  Reste à vous pour savoir si c’est assez ou trop.

2 Crows (Halifax NS) Jamboree Bière sûre goyave et fraises 4.8%

Cote OO : B-

Pour ceux qui préférent leurs jus secs.

Une bière à 2 fruits : idéalement, on aimerait y trouver les fruits bien répartis, disons un tiers fruit 1, un tiers fruit 2 et un tiers mélange grain et levures.  Dans ce Jamboree, exit les céréales ou les levures, le mélange de fruits est bon mais c’est tout ce qu’on y trouve au nez.  En bouche la fraise semble prendre de l’avance, mais c’est la désopilante gazéification qui trône et qui pique beaucoup.  La langue est ensuite mieux préparée pour les prochaines gorgées, mais toute aussi sèche, alors que les fruits sont plus posés et demanderaient peut-être la rondeur des lactos qui manquent un peu.  

Emporium Battaglia Sûre aux abricots et à la mangue 6.4%

Cote OO : B-

Simplement ça.

Bien pâle à l’olfactive, mais principalement pour le côté bière et mangue; j’ai l’impression d’avoir un bon vieux Ju-Tel à l’abricot sous les narines.  Le liquide est particulièrement pétillant et frais, exit l’aspect laiteux qu’on aurait pû détecter au nez alors que la finale est en gras mangue.  Défaut à noter principal : le manque de longueur.  Pour une édition un peu plus spécial de l’Emporium, on pouvait s’attendre à mieux.  Ça reste heureusement une bière de fruits agréable, mais simplement ça.

Shawbridge IPA 117 5.8%

Cote OO : B-

Droite au but, de manière calme.            

À l’aveugle (ou plutôt sans le savoir), si l’on ne juge qu’à l’olfactive on pourrait avoir à faire avec une NEIPA très crémeuse (et très portée sur l’orange).  Sans être convaincu donc, il faudra y gouter pour y trouver une IPA ronde mais certes plus amère qu’une NEIPA sans l’être de manière irréfléchie.  Retour au calme relatif d’une IPA en finale qui ajoute un brin d’herbes vertes à l’extérieur.  La route entre Montréal est longue, assez droite, mais aussi ensoleillée et clôturée par la végétation.

Shawbridge Shaw Light Golden Ale 4%

Des montagnes toujours bleues, même tablette ».  Kin Coors!  Nice.

Cote OO : B-

De couleur quoi.

Or ou cuivre?  Foncée et pas si limpide, Light semble très loin de Lite, et on peut s’attendre à bien de la personnalité.  Cependant en bouche elle s’éclaircit beaucoup, du moins jusqu’à ce qu’elle touche le derrière de la langue avec un long doigt assez amère quoique loin de la IPA.  On regoûte alors avec de différente appréhension en y trouvant des houblons européens (difficile à déterminer entre inspiration belge ou anglaise) et une finale juste assez soutenue.  Le terme light semble donc tout indiqué en gardant assez de personnalité.  De couleurs quoi.

St-Ambroise (McAuslan) New England IPA 6.2%

Cote OO : B-

Intéressant.  Pour McAuslan.

Votre bonne vieille IPA en effet : de l’orange crémeuse, du pamplemousse sucré et beaucoup de chaleur pour une IPA.  Pour la bouche, c’est assez soutenue (toujours pour une NEIPA) et frôle l’acidité et l’amertume, et restant bien sèche.  Sinon, pas grand-chose à dire, une NEIPA qui passe correctement et un pas de côté intéressant de la conservatrice McAuslan, mais en frais de New England, on trouve plus original.

Boon Kriek Lambic 4%

Cote OO :  B-

Sans dire gratuite, allons-y avec très généreuse.

Moins d’alcool égal plus de fruits?  Probablement car ici, comparativement aux versions à 8 et 6.5% de Boon, la cerise est déchaînée et très dessert.  Voluptueuse mais excessif une fois au contact des papilles, plus aucune retenue et probablement trop gratuite, il faut donc les aimer sucrée.  Très sucrée.  Même en finale où l’on verra facilement pour y tremper un gâteau forêt noir trop amer.  Le public visé en serait donc un de bière trop fruitée pour leur propre bien, on la gardera donc pour les pâtisseries. 

Boon Oude Kriek Boon à l’ancienne 6.5%

Cote OO : B-

À force de bouger beaucoup on enveloppe moins.

Décidément plus crémeuse que sa sœur « parfaite » cette Boon se veut plus aussi plus fruitée et loin de ce qu’on peut appeler une lambic.  Le sucre est moyen en bouche et en la gardant plusieurs secondes là, on découvre la cerise un peu plus juteuse, et certes très balancée, et ce jusqu’en finale.  Bon, à quel part, ça reste une bière fruitée avant tout mais une saprée bonne bière fruitée, plus pimpante mais un peu moins enveloppante que la version de Lindemans.

Boshkung Brewing Co (Minden Hills ON) North Country Kellerbier 5%

OO Grade: B-

Almost too honest backcountry.

Surprising to see a kellerbier than clear and pale, which can make someone frown at having something olfactory ethereal.  Not totally the case, some leafy German hops make the barley disappear, with only a very fine wet autumn leaves reach the inner nose.  Fortunately, the intensity is cranked up once the taste spuds are hit with the same hops almost becoming dusty, counterbalanced by a milky mouthfeel.  For those who relates NorthCountry with direct, too honest people, the name is wisely chosen.

Multi-Brasses Zombie Bière sûre aux canneberges 5.5%

mbz

Moderne comme étiquette pour Multi-Brasses qui n’a jamais dépensé une fortune en marketing et design…

La cote OO : B

Passe-Partout, facile mais pour tous les jeunes aussi.

Est-ce qu’on a plus de malt foncé pour donner une teinte orangée aux canneberges? Le nez donne presque l’impression qu’on y a mis des oranges et le blé semble très sucré.  La canneberge n’a aucune subtilité en bouche mais le blé et le côté orange revienne compensé; certes hyper fruité et un peu lourde, en la gardant longtemps en bouche nous avons droit à beaucoup de saveurs aussi.  Davantage dessert que bière de soif, je la marierais avec un gateau aux fruits de noël, en n’ayant aucune peur qu’elle ne soit pas aimer.