Corsaire La Mi-Centenaire Berliner Weisse Argousier et Camerise 4.5% 9 IBUs

cmcBière sûre à l’argousier aux 2 fruits à la mode… bon pas la plus originale en fin 2018 mais le mélange doit fitter il semble.

La couleur est dans le ton à tout le moins mais l’odeur semble plus reculée, ou alors moins sucrée.  Pour le blé sous-jacent, on peut le sentir davantage dans une autre bière mais on ne peut pas dire qu’il est totalement absent.  La bouche est assez surette et si déjà à ce point il faudrait lever la main d’un gagnant il s’agirait de la camerise qui l’emporte sur le plus docile argousier, quoiqu’on inverse le tout encore une fois en aftertaste.  Certainement pas une bière pour déplaire, sauf peut-être pour l’amateur de Berliner plus traditionnelle.

La cote OO : B

Parce qu’elle est bonne, mais qu’un peu de lactobacile de plus comme l’Esprit de Clocher n’aurait pas fait de tort (on décrit ça comment des lactos?  Si les bretts sont funkys, les lactos sont… rondes et sèches?).  Reste que c’est une bière pour tous les âges.

Saint-Pancrace Tête de Cheval Blanche sure à l’argousier 4.8% 12 IBUs

sptdcB- L’orange n’est pas toujours une couleur chaude.

De couleur orangée pas très naturel au rendez-vous visuel, mais surtout très opaque et fruité, quoique moins que la couleur ne le laisserait croire.  En bouche l’amertume est assez poussée (surtout pour une blanche, à 12 IBUs en prime), mais le fruit se déniche un beau créneau une fois la vague des houblons passées.  À la limite du calcaire, c’est preque fleuri mais surtout tout sauf sucré.  Pas assez ronde pour la qualifier de bière confortable, c’est un bel exercice boréal mais pas une bière de tous les jours, sauf l’été s’il fait trop chaud. Peut-être qu’elle aurait profité de plus d’avoine.

La Souche Gouse Brune anglaise à l’argousier 5.1%

Blasouche  Traître.

La couleur d’une bière c’est sa carte de présentation, sa vitrine.  Ici, en la voyant on s’attend à une brune plutôt standard mais bien sûr teinté de cette nouvelle baie à la mode, mais non, c’est un fruité indéterminé rappelant la fraise, mais pas du tout ce qu’on peut goûter dans d’autres bières à l’argousier.  En bouche on continue d’être en dehors des sentiers battus avec un côté acidulé qui avoisine la nationalité anglaise du grain au cœur de cette bière.  Avec une bonne finale d’anglaise plus réglo, elle a le don de rentrer rapidement et facilement, une surprise tranquille donc.

Esprit de Clocher La Surnaturelle à l’Argousier 3.8%

ecsaA-  Il y a peut-être eu de meilleures séries avant ou après Star Trek : The Next Generation.  Par contre pour moi c’est Picard le meilleur.

Un peu de récapitulation est de mise pour cette bière.  En version normale, il s’agit de l’une de mes bières favorites : bonne en n’importe quelle occasion, faible en alcool, pas très dans la norme mais très bien campée dans son style, elle en donne beaucoup, spécialement au niveau de ses levures qui viennent arrondir la bouche.  On y a cette fois ajouté de l’argousier, une baie très comportementale qui semble réussir tout aussi bien qu’échouer à la bière.  C’est donc avec une curiosité toute aussi grande que de l’appréhension que j’affronte cette bière.

ECSA2

L’utilisation de la police de caractère de Star Trek est judicieuse: la berliner à l’argousier est une place où peut-être personne n’est jamais allé.

D’emblée, ce qui surprend c’est sa couleur, quasi indiscernable de sa sœur sans fruit.  Côté olfactif, c’est semblable avec le blé sûr et les levures vanillées; l’argousier (ou du moins une baie indéterminée) y est, mais de manière douce et plutôt sucrée.  Puis la bouche.  Puis la bouche : très bonne gazéification certes pour amorcer la sensation en bouche, où le fruit déferle de manière presque salée; les extra-terrestres n’y ont pas été de main (à 4 doigts) morte.  En dernière vague d’attaque, c’est un combat entre les levures qui veulent arrondir la bière et l’argousier qui semblent vouloir l’assécher.  La conclusion est toutefois une trève où le fruit vient prendre du sucre au travers du calcaire un peu propre au style.

Déçu donc?  En absence de sa sœur sans fruit, je la prendrais comme bière passe-partout n’importe quel jour de l’année.  Toutefois, tel que je m’y attendais, c’est une variante appréciable d’un grand classique… mais car difficile d’oublier sa première Surnaturelle, ou de lui trouver une version supérieure.  Ceci dit, une bière à essayer autant pour le curieux de nature que l’amateur de Berliner Weisse.

Roquemont Neilson IPA Blanche à l’argousier 5.2%

roq2 Avec un petit peu de sel et une épice de plus.

Sans mettre le doigt sur le fruit en particulier, on sait que c’est trafiqué… et alors?  Le grain s’en tire bien aussi, et ça donne soif spécialement avec un amertume qui reste à l’arrière-plan mais qui est tout de même là.  En bouche, la blanche sort plus franche et l’argousier joue le second rôle, avec la partie IPA qui se terre dans l’ombre.  Toutefois, en gorge, la dualité IPA Blanche est intéressante jusqu’à l’aftertaste qui finit de manière un peu plus amère.  C’est donc une bière qui livre ce qu’elle promet malgré que j’aurais pris un peu plus d’argousier en finale; avec un peu de peaufinement et d’ajustement, on va parler d’une incontournable.

Dieu du Ciel Brise Vent Saison aux baies d’argousier

C+  Un vent de fruits plus humide que rafraîchissant.

 

Le style saison n’est pas évident à détecter tellement c’est fruité et peu subtil, mais ça fait changement des petites bières d’été à la lime.  C’est donc fruits d’abord, houblons ensuite, à la limite du jus de fruits tropicaux, et si je ne savais pas que c’est de l’argousier j’aurais opté pour un mélange goyave/ananas/mûres.  Finalement on retrouve la saison en l’avalant ce qui amène un peu de dynamisme et malgré que je pourrais l’adopter au coin d’une sympathique terrasse, j’ai goûté mieux côté argousier (avec celle des Beaux Prés).

Microbrasserie des Beaux Prés Mont-Ferréol Blanche à l’argousier 5.1%

bpmfA-  J’en boirais 4 alors un litre c’est presque pas assez.

Super odoriférante, c’est ça de l’argousier?  C’es tout de même savamment dosé car le fruit laisse aussi la place à un beau petit fond de bière blonde de blé.  Sans être une sour ale, on reste un peu dans le domaine des bières un peu plus surettes et fruitées (griottes et framboises) mais avec un fruit qu’on prend plaisir à découvrir.  Cependant, ce qui fait définitivement son charme, c’est que même après plusieurs (plusieurs plusieurs) gorgées, on n’a pas de haut-le-cœur même si elle est agrémentée d’argousier, un nouveau petit fruit qui semble facile à apprécier.