Archibald Chipie Pale Ale Rousse 5% 38 IBUs

acPour une bière de la trop souvent tranquille et anodine Archiblad, ça fait plaisir de tomber sur un parfum bien caramélisé pour partir les hostilités rousses.  Un peu anglais donc, j’achète le nom de pale ale, même chose en bouche où l’amertume est de modérée à avancée mais aussi heureusement combattue par le malt.  La longueur en bouche est bonne certe, mais l’aftertaste ne reste que l’affaire du houblon.  Entre la pale ale et la bitter, c’est un territoire jolie mais sans grand relief.

La cote : C

Parce que ça reste à l’image des autres éditions régulières de cette microbrasserie trop calme pour son propre bien.

Archibald Matante Blonde Ale 4.9% 15 IBUs

amRappelant le puissant orge de la Kirin Ichiban, c’est une bière blonde (probablement LE style le plus générique) qui répond aux attentes olfactives autant par son grain que son houblonnage subtil mais bien présent.  En bouche c’est assez – voire très – neutre même après avoir attendu plusieurs seconde avec le liquide en bouche.  Toujours tranquille, en gorge on commence par du miel trefflé pour se conclure sur un crescendo d’houblons nobles anglais.  C’est donc un verre absolument pas rock’n’roll mais que l’on peut aimer lorsqu’on ne haït pas les bières un peu aqueuses.

La Cote : C+

Parce qu’on ne parle pas fort, on rentre dans les rangs et on a une note qui n’est pas en échec.

Archibald Joufflue Blanche de blé 4.2%

ajoufflueArchibald n’est pas une brasserie duquelle on s’attend de ré-écrire les paradigmes de la bière blanche, alors c’est une bière qu’on ouvre en recherchant une bière simple mais selon les normes, donc rafraîchissante.  Le nez répond donc aux attentes, tout en étant légèrement plus porté sur l’orange que la coriandre.  Plus ou moins vivante en bouche, l’orange fait toutefois un beau travail tandis que l’amertume est palpable sauf être désagréable; c’est une blanche et non une IPA après tout.  La finale est encore plus confortable, davantage présente que la bouche et toujours portée sur l’orange.  Est-ce par excès de prudence qu’on a mis la pédale douce sur la coriandre – qui figure bien à la recette – difficile de dire.  C’est donc une bière hyper conservatrice (on s’y attendait) mais qui livre bien.

La cote : B-

Parce que ça a beau manqué au niveau de l’originalité, les goûts qui y sont sortent bien et garde le feeling d’une microbrasserie (lire ici contrairement à la Blue Moon et la Shock Top).

Archibald ISA Blonde India Session Ale 4.2%

abisaC  La session d’été est relax.  Trop relax.

Elle a de quoi charmer cet ISA avec son odeur d’agrumes qui me rappelle la blanche d’Archibald.  Le côté céréale me donne aussi la même impression alors qu’on pourra facilement croire que du blé figure à la retraite.  De son côté, l’amertume semble très relax, par contre en bouche les houblons plus frais et plus verts viennent repousser le grain en finale; on se retrouve alors avec une bière qui sans être totalement insipide devient trop peu intense, avec une trace de gazon de green de golf.  Un peu dommage, après un si beau départ, une ISA se doit bien d’être lègère mais pas à ce point.

Archibald Schwarzbier Lager noire fumée 5.5%

asB-  Noir pâle.

À peine fumée, on pense davantage black & tan que rauchbier.  Ceci dit, malgré qu’on galvaude le terme « fumé » – c’est plutôt commun – le parfum est agréable, flirtant même avec la torréfaction.  En bouche, après quelques secondes de calme plat, s’élève une pointe de feuille pour être remplacé par un long long nuage d’orge, de moyenne intensité, pour s’éteindre dans une finale qui s’approche de la stout impériale russe avec son fruit.  Dommage par contre que la consistance soit si liquide, car pour une noire légère elle passe partout, livre simplement, mais peut-être justement qu’elle ne livre pas assez ce qu’elle annonce.

Restaurant La Sagamité Kwé Bière au Maïs (brassée chez Archibald)

kweB-  Parce que le maïs c’est plus gouteux que le riz.

Avec un nez qui mérite de respirer, après quelques minutes au-delà une douceur remarquable il y a une mince amertume qui combat le grain agricole.  Piquante, le grain s’incruste entre les papilles mais ce n’est qu’un passage rapide avant de se retrouver avec une bière désinvolte qui saura attirer les palais curieux mais peu aventureux.  On prend donc une bière grand marché et on y remplace ce qui ne goûte rien par du maïs.

Archibald Triple Belge bière hivernale édition limitée 10%

atbC+  L’importance d’inspiration dans « inspiration belge ».

Triple belge de grain mais aussi bien houblonnée avec des notes vertes et oranges de plantes et de fruits; pour le nez je sens que la belge est en territoire américain.  Très pesante, on pourrait croire qu’elle contient une dose plus que généreuse de sucre candi, qui enrobe fortement la langue.  Heureusement une fois avalée, que ce ne soit que pour sa longueur interminable, elle finit par payer.  Une grande bière non, mais dans le portfolio un peu ennuyant d’Archibald, c’est une bière pas authentiquement belge mais surprenante.