Bancroft Brewing Iron Man Amber APA 5.2% 42 IBUs

Cote OO : B

Un gros cousin de houblons.

Avec un modéré 42 IBUs, on ne sait pas trop quoi penser de cette APA qui a bien belle couleur.  Le nez est réglo quoique pas pleinement agrumé; de l’orange et même un peu de cerise.  La bouche aussi est fruitée et l’amertume se laisse désiré derrière le jus de cerise, même en finale où elle emprunte certain traits de la Red IPA américain, à la hauteur des 42 IBUs annoncés.  Il faudra donc engager plusieurs gorgées avant d,y croire à cette APA des plus douces et bien féminine, qui ferait très bien dans le verre d’un débutant de bières amères.

Roquemont La Paquet American Pale Ale 5%

paquetLa cote OO : B   

Les américains aussi peuvent respecter le malt.

Est-ce que c’est une surprise d’avoir un nez aussi peu féroce dans cette APA?  On pourrait s’attendre à plus de houblon libre et débridé, mais non, pour une pale ale américaine le malt s’en tire bien et le houblon est plus feuille qu’agrume.  La bouche est assez amère en attaque mais se calme aussi rapidement et ne laisse que du malt assez anglais en bouche.  Les secondes gorgées iront dans le même sens, plus anglais qu’américain.  Meilleure que la moyenne des bières fait par une brasserie pour un commerce, personne ne sera jeté à terre mais ne la versera non plus à la même place, il s’agit en fait d’une pale ale bien honorable.

SNO Snodevil American Pale Ale 4.8% 35 IBUs

sno1La cote OO : B-

La blonde americaine, mais pas celle élevée au Texas ou en Géorgie.

Somme toute simple pour une american pale ale, le houblon est à demi-couvert à l’olfactive mais pas trop exubérant.  Beaucoup plus amère en bouche par contre alors que la finale est à la limite du poivré ce qui lui amène une autre dimension.  Toutefois on parle ici d’une APA à peine plus agressive qu’une blonde, qui remplit le mandat mais qui est très loin de le dépasser.  Ça ne serait définitivement pas celle que je commanderais en premier à votre place, à moins que vous vouliez commencer de manière tranquille.

Idletyme Brewing Company (Stowe VT) Pink’N’Pale American Pale Ale fermented with grapefruit 5.5%

it1La cote OO : B-

L’amertume de l’APA peut arriver par un autre chemin que celui d’un houblonnage débridé.

Hyper houblonnée au nez, pas super profonde et surtout portée sur le côté marijuana et vert que les agrumes qui restent sous contrôle pour l’instant.  La bouche n’en démontre pas vraiment de plus, c’est plutôt l’acidité qui joint le jeu avant la finale d’herbe de printemps.  Correcte mais surtout surprenante, une APA assez facile malgré son style et ses ingrédients.

Seneca Lake Brewing Company (Rock Stream NY) Seneca 6 Collaboration Beer Wet Hoppee APA 5%

slb4Pas mal populaire en 2018 que ces houblons mouillés.  La version de Seneca Lake Brewing est bien évidemment amère comme il se doit, mais c’est surtout du malt surpuissant, assez puissant en fait pour abattre le houblon qui se tapit jusqu’en finale.  Loin d’être la plus fidèle au style wet hop, elle s’allie plutôt aux coutumes de la maison sur le bord du Lac Seneca.

La cote OO : B

Parce qu’on troque le A de APA pour un E comme dans English.

Korrigane Capitaine Centennial Pale Ale Américaine Monohoublon Québec 5.3%

korrig2Avec l’orange du centennial qui rugit de manière aussi forte, pas étonnant que l’orge va se tapir, ne laissant qu’un bout de sucre traîner à la vue des narines.  En bouche toutefois, il lève la tête afin que l’on aperçoit son visage de miel, le tout dans un paysage d’amertume contrôlée un peu hors-champs pour les APAs.  Encore plus agrume, l’amertume ne sort qu’en longue finale.  Un peu prévisible, elle plairait toutefois aux amateurs du style.

La cote OO : C+

Parce qu’elle est monohoublon, mais monocorde aussi.

Eviltwin Brewing (Stratford CT) Hipster Ale APA 5.5%

ebhaC  On regarde le contenant, on goûte le contenu et on peut passer à la prochaine.

Très herbacée comme APA, il y a plus de terre que d’agrumes.  On reste au niveau du sol pour la paresseuse bouche… je pense que je vais la laisser réchauffer un peu.  En seconde gorgée, l’amertume est un peu plus forte, mais la finale n’est pas très longue et me fait douter de l’efficacité de l’assemblage de houblons.  Le genre qui ne génère peu de mot (surtout des positifs) et qui ne s’inscrit en mémoire que pour les couleurs psychédéliques de la cannette.

Microbrasserie La Confrérie Apple APA 6.6%

confrerie C+  Apple APA et non APPLE apa.

Pour une APA je m’attendais à plus d’agrumes, mais c’est principalement (et presqu’exclusivement) la pomme très sucrée à peine saupoudrée d’herbes vertes qui précède une bouche plus standard où l’orge sort enfin.  La céréale, mélangée à une amertume très à propos, célèbre enfin l’appellation APA et fait oublier la pomme qui prend son rôle de 3e ligne, dans une bonne persistance de l’aftertaste.  Sans contredit une bière qui risque plus de plaire à l’amateur de pommes que d’APA.

La Voie Maltée La Faisant-Malt Pale Ale Américaine 5.2%

vmlC+  APA : Americain Pale Ale ou Agrumes Pâles et Amers?

APA sans aucun doute avec une multitudes d’effluves d’agrumes peu subtils et légèrement herbaçée, en résumé un nez en rage de stéroïdes.  L’arrivée est davantage amère tout en gardant le côté agrume (jusqu’à de l’ananas!) dans une belle fraîcheur.  Et pour conclure, après une remontée de l’amertume, les fruits passent mais se font à nouveau éclipser par l’impact des houblons.  Au moins, l’aftertaste est court, alors elle pourra plaire à quelqu’un d’autre que les amateurs du genre.

La Memphré Hatley APA 5%

mem1B-  Américaine et Exubérance ne sont pas nécessairement synonymes…

Pour une APA, le profil olfactif reste modéré avec de l’herbe et du gingembre; les houblons semblent plutôt loins.  Très granuleuse en bouche,  l’amertume est d’abord discrète puis devient juste assez soutenue en aftertaste.  Beaucoup plus une paysanne du Nebraska qu’une actrice de LA.