Florida Keys Brewing Co (Islamorada FL) Spearfish American Amber 5.5%

fksaaLa cote OO : B

Bien visé.

Votre ambrée américaine commune: beaucoup de malt et beaucoup de houblon.  Gustativement, du houblon très intense (on ne serait pas surpris de la voir au nord des 50 IBUs) et du malt qui s’assemble bien, si on aime le style on est rassasié.  La finale est certes plus tranquille, crémeuse et s’attend beaucoup plus pacifiquement.  Livrant ce qu’elle promet, un ambrée amère qui vous ne laissera pas ainsi.

Rock Art Brewery Sour Vermonster American Barleywine with lambic Yeasts 10% 100 IBUs

rasvLa cote OO : B-

Trip d’intensité et de dégustation, mais pas de balance.  Un peu trop Primus à mon goût.

Très profond dans le nez, le caramel du vin d’orge rencontre celui de la oud bruin pour une expérience en dehors des sentiers battus.  En bouche elle se révèle un peu « flat » mais après 4 ans en barrique on peut comprendre, et ça peut aussi expliquer le chêne qui est si lourd, et crasseusement boisé dans la finale des plus liquoreuses.  Bien sûr, elle goûte le 15% et l’amarula un peu, mais est surtout difficile à analyser.  Puis il faut se rappeler que c’est une sour… ce qui lui manque un peu.  Après la Vermonster et à ce prix, difficile de ne pas être déçu, mais tout un challenge de papilles malgré tout.

SNO Snodevil American Pale Ale 4.8% 35 IBUs

sno1La cote OO : B-

La blonde americaine, mais pas celle élevée au Texas ou en Géorgie.

Somme toute simple pour une american pale ale, le houblon est à demi-couvert à l’olfactive mais pas trop exubérant.  Beaucoup plus amère en bouche par contre alors que la finale est à la limite du poivré ce qui lui amène une autre dimension.  Toutefois on parle ici d’une APA à peine plus agressive qu’une blonde, qui remplit le mandat mais qui est très loin de le dépasser.  Ça ne serait définitivement pas celle que je commanderais en premier à votre place, à moins que vous vouliez commencer de manière tranquille.

Rock Art Brewery (Morristown VT) The Vermonster American Barley Wine Style Ale 10% 100 IBUs

rockvComme ça semble être la mode vermontoise de faire des bières plus houblonnées dans n’importe quel style…

La cote OO : B+
Parce que c’est le vin d’orge des cols bleus américains et non des artistes.  Pas de fla-fla, juste du gout.

La plupart du temps, les vins d’orge qu’on rencontre sont entre brun et roux; dans cette version vermontoise elle est d’un acajou assez pâle, tandis que le nez est un sucre d’orge assez réglo, ce que l’on pouvait plus ou moins espérer pour une bière à 100 IBUs.  Reste qu’amertume est amertume, on irait donc à la bouche afin de tomber sur un barleywine encore très doux, où à peine le bout de la langue détecte une pointe de houblon de style anglais.  Même chose en finale où l’on doit conclure à 1) l’appellation « american » peut vouloir dire autre chose que des houblons à tendances résineux ou agrumés, et où 100 IBUs n’a pas à faire nécessairement peur à celui qui ne raffole pas des IPAs.

Idletyme Brewing Company (Stowe VT) Idletyme American double IPA 8%

it1La cote OO : B+

La plus forte par la force des choses.

Coudonc, ils aiment bien le houblon qui fait West Coast chez Idletyme!  Herbes mouillés et agrumes doux, mais où l’on a aussi du grain mis en avantage.  La tenue est solide en bouche : le côté double ne fait doute, mais est bien compensé par l’amertume forestière en sortie.  Peut-être la meilleure chez Idletyme, une double IPA rondelette et bien faite.

Maltstrom Custom American Pilsner 6.8%

maltstrom1La cote OO : B
Parce que
pour une bière « custom », ça devrait devenir la normale générale.

Si le nez est un peu prévisible avec son houblon à l’américaine, le grain qui colle sur les dents est d’abord frais puis migre sur le miel.  Ça prépare donc très bien à la finale tout grain qui ne pourrait déplaire qu’aux amateurs de bière à l’eau.  Voici ce à quoi devrait ressembler un pilsner qui s’inspire des pale ales américaines tout en gardant l’esprit tchèque.

Cerveza Cucapa Artesana Liquida (Tijuana Mexico) Obscura American Brown Ale 4.8%

cucapaPourquoi faire simple quand on peut faire compliqué?  C’est ce que semble dire cette bière tendrement léchée par le feu de l’orge.  Malgré le sobriquet « american » c’est du caramel bien végétal qui trône en bouche, précédant la finale moins sucrée mais encore dominée par le grain.  L’aftertaste est plus tempéré pour conclure une bière qui ne remplit pas sa promesse américaine, mais qui livre celle du bon goût.

La cote OO : B

Parce qu’on en revient à la bonne vieille simplicité.  Un bon tube des années 80 qui fait encore « la job ».  J’irai avec « I want a new Drug » de Huey Lewis and the News.

Cervezas 49® Norte (Tlalpan Mexico) Summer Daze American Wheat Ale 6% 29 IBUs

49summerdaze

Lu sur l’étiquette : con lupulas Citra.  On aurait pu s’en douter.

Je ne savais pas que le style « american » wheat ale existait… on y va donc pour une bière de blé passablement houblonnée?  Au nez on vise généralement dans cette tendance avec un houblonnage tout à fait « west coast » donc bien agrumé, mais le tout en version plus « molle » typique des bières de blé.  Gustativement, on ouvre les hostilités de manière plus qu’amer, mais le tout se calme rapidement pour arriver à une bière un peu généraliste qui ne demande qu’à être avalée.  À l’intérieur, on est toujours partagé entre la rondeur du liquide et les houblons très orangés.  Il faudra donc une seconde gorgée pour y retrouver la même chose, en version moins amère probablement par accoutumance des papilles.  C’est donc une bière sans surprise mais qui plaira davantage aux amateurs de la 60 Minutes IPA que de la Belgian Moon (ou tout autre bière de blé américaine pas mal meilleure mais moins connue que cette dernière).

La cote OO : B-

Parce qu’à défaut d’être vide comme certaines bières de blé américaines, elle demeure mince comme un coup de vent dans une canicule.

Lake Placid Pub & Brewery (Lake Placid NY) Chugger American Session IPA 4.4% 40 IBUs

lppbcLa cote OO : B-

Parce qu’elle semblait viser la note de passage, l’a atteint, mais s’en contente trop facilement.

Beau petit nez entre orange et citrouille, ou est-ce que ça pourrait être le grain qui essaie de percer les houblons?  Assez amère en bouche (spécialement pour une session) elle fait craindre pour la suite, mais non, la finale est herbeuse et légère.  Correcte, mais lorsqu’on sait qu’on peut avoir une Ubu à la place, elle peut faire regretter le choix.  Pour hopheads mais pas pour traditionnaliste anglais.

Middle Ages (Syracuse NY) Double Wench American Strong Ale 12%

ma3Qui gagne quand on booste autant le malt que les houblons?  Explorons le tout dans cette double wench de la très anglaise Middle Ages (bon, d’inspiration anglaise).  Au nez, elle fait dire wow avec son malt de raisin qui fait immédiatement penser à une stout impériale russe.  Visqueuse et très lourde sur la langue, l’alcool à la hauteur de ses 12% ne fait aucun doute, et la finale encore plus lourde est un plaisir d’intensité orgasmique soutenu.  Comme une Ubu de Lake Placid mais en version plus violente et intense.

La cote OO : A

Parce qu’il n’y a pas seulement du brouillard à Londres, il peut y avoir des beaux orages d’automne aussi.