Bancroft Brewing Iron Man Amber APA 5.2% 42 IBUs

Cote OO : B

Un gros cousin de houblons.

Avec un modéré 42 IBUs, on ne sait pas trop quoi penser de cette APA qui a bien belle couleur.  Le nez est réglo quoique pas pleinement agrumé; de l’orange et même un peu de cerise.  La bouche aussi est fruitée et l’amertume se laisse désiré derrière le jus de cerise, même en finale où elle emprunte certain traits de la Red IPA américain, à la hauteur des 42 IBUs annoncés.  Il faudra donc engager plusieurs gorgées avant d,y croire à cette APA des plus douces et bien féminine, qui ferait très bien dans le verre d’un débutant de bières amères.

Bancroft Brewing Rusty Husky Amber Ale 5.6% 25 IBUs

Cote OO : B-

Ambrée à l’américaine.

Avec une couleur qui marche à la perfection avec les Browns de Cleveland, ça va foutrement bien dans le cuivré, de la couleur au nez qui rappelera assez faiclement la vienna lager. C’est simple mais ça marche.  La bouche est moins marquée par le grain que le houblonnage, anglais mais aussi intense que certains hopbills américains (d’ailleurs, elle contient des houblons du sud de la frontière).  On aura ensuite droit au même intense houblon, d’amertume modéré mais de flaveurs bien présentes.  Le terme « ambrée » peut prendre bien des formes et pour Bancorft, on semble avoir choisi le côté « houblonnée à l’européenne »; on pourrait donc lui souhaiter davantage de malt mais pas une mauvaise ambrée pour autant.

Florida Keys Brewing Co (Islamorada FL) Spearfish American Amber 5.5%

fksaaLa cote OO : B

Bien visé.

Votre ambrée américaine commune: beaucoup de malt et beaucoup de houblon.  Gustativement, du houblon très intense (on ne serait pas surpris de la voir au nord des 50 IBUs) et du malt qui s’assemble bien, si on aime le style on est rassasié.  La finale est certes plus tranquille, crémeuse et s’attend beaucoup plus pacifiquement.  Livrant ce qu’elle promet, un ambrée amère qui vous ne laissera pas ainsi.

Cerveceria Punta Sur (Cozumel Mexico) Amber 5.6%

puntasur1stPetit caramel lointain arrive pour ouvrir le jeu, et à la page suivante on sort les couleurs de fruits pour dessiner les papilles.  On laisse toutefois l’orange cuivré pour la boîte à crayon car on est loin de la rousse d’oktoberfest… même si plus tard en finale, on prend le rouge pâle pour approximer un cuivre tranquille.  Vive les variétés de couleurs!

La cote OO : B

Parce qu’en restant sur le style et la couleur, on explore les différentes teintes et nuances.

Empire Brewing Co (Syracuse NY) East Coast Amber ale

empire1Comme ça sent pas vraiment la côte Est (ou plutôt les houblons préférés de cette région) on ne peut qu’espérer qu’il y aurait plus de saveurs qu’il y a d’odeur.  En bouche c’est directement au milieu du style, bref une espèce d’oktoberfest plus houblonnée qu’amère.  La finale est tranquille est à l’instar de la couleur, c’est le goût qui est orange, accompagné d’une pointe de cuivre et du houblon qui finit par sortir mais seulement après 3 ou 4 gorgées.  Rien d’extrême mais assez goûteuse pour ne pas faire trop commercial.

La cote OO : B-

Parce que comme bière servie dans un stade de football, c’est dans les meilleures.  Pas difficile à faire peut-être mais tout de même.

empire2

On ne peut pas dire que la couleur ne fitte pas avec l’équipe par contre!

Rooster Fish (Watkins Glen NY) Amber Ale (bue chez leur voisin Nickel’s Pit BBQ)

rf12Pale pour une ambrée mais tout de même très maltée alors on ferait fi de la couleur pour se concentrer sur des fraises à peine sucrées et une pointe d’amertume bien placée.  Le houblon est par contre très bien représenté au niveau des papilles alors que le caramel de l’orge colle sur les dents.  Sûrement américaine que cette ambrée, avec une longueur sur le côté court de la chose, mais certainement très amère.  Pour une ambrée, le grain est trop dominée ce qui lui enlève de précieux points.  Une déception quoi.

La cote OO : C

Parce qu’à l’image de sa couleur trop pâle, le grain fini dernier derrière le houblon.

Latitud Cero (Ecuador) Catequila Roja Tipo (Amber Lager) 4.7%

lccB  Un petit rôle qui augure bien pour un premier rôle dans un prochain film.

Pour une bière fait entre les tropiques, le nez est profond de malt et de caramel et fait sérieux, pas à l’image d’autres bières ambrées faites sous la frontière américano-mexicaine.  Le gout est plutôt simple et perd quelques degrés d’intensité; on avale donc avec appréhension pour tomber sur des feuilles assez intenses et bien houblonnées.  Une bière magnifique il ne faudra pas s’emporter mais bien campée dans son personnage.

John Harvard Brewhouse (Hancock MA) Widow’s White Amber

jh3C+  “Faisons une Bud 100% malt”.

Malgré une couleur trop transparente, la presence du malt se fait sentir en apportant une touche sucrée de miel et de caramel.  On poursuit la douceur en bouche où l’on pourrait croire que du blé et du gruau ont été ajouté à la recette, avant une finale d’abord maltée puis houblonnée à l’anglaise ou à la tchèque (saaz?).  Encore trop généraliste comme le reste de la gamme de John Harvard, mais agréable malgré tout.

Victory (Philadelphia PA) Festbier Oktoberfest Amber Lager 5.6%

vmD  Quand on a perdu toute trace de « brasserie artisanale ».

Rien d’impressionnant pour cette petite ambrée les deux pieds sur le frein, avec du petit grain et du houblon feuillu, sans plus.  Toujours molle en bouche, c’est principalement une expérience de houblon toujours aussi feuillu mais rien de rachetable dans ce mélange un peu trop aqueux.  Quand il faut se dire « une bière on ne jette pas ça quand même » pour se convaincre, ça en reste pas mal qu’une bière médiocre et paresseuse.

Big Slide Brewery (Lake Placid NY) Amber Ale 4.8% 23 IBUs

bsb2017_1 Comme chaque microbrasserie se doit d’en présenter une…

Bien que la touche de caramel malé est évidente, c’est le grain poussiéreux qui retient l’attention des narines pour commencer le tout.  Neutre et stable en bouche, le but visé semble être une bière d’équilibre, mais non car tout étant très concentrée, c’est le grain bien chauffé sans être caramélié qui s’installe.  Trop facile pour mes propres goûts, elle est correcte et facile, mais aussi passagère et un peu passable.  Sans être la moindrement désagréable…​