La Fosse Coco Velours Sûre pêche abricots et noix de coco 6%

Cote OO : B-

Simple, mais fitte bien sur le bords de la table de nuit, et/ou en-dessous des couvartes.

N’était-ce de voir « sûre » sur la cannette, on se fierait sur le visuel d’une milkshake IPA qui cacherait énormément son amertume derrière un mur autant de pêche qued’abricot, pas autant sucré que velouté par la noix de coco.  Le sûrette se mélange bien au sucre à la manière d’un bonbon sûre, présentant l’abricot plus sec derrière la langue, tandis qu’en l’avaler on y découvrir des fruits tropicaux à noyau.  Un peu aqueuse et à mi-chemin entre les sûres et les bières aux fruits, le coco s’occupe bien de la sorite de velours pour une bière suave, sans tomber dans la grosse stout dessert lourde.

McAuslan St-Ambroise Ale de Blé à l’Abricot 5%

msaabaGrosse démonstration olfactive de bière où le fruit l’emporte sur le grain… après tout il s’agit ici de « bière aromatisée » et non de bière au fruit.  Le parfum ne fait pas très naturel en effet, on se doute que c’était du fruit dans une version purée ou sirop un peu loin de l’arbre.  En bouche le blé est plus fort, l’abricot ayant pris un pas de reculons avant de revenir en version monotone (ou mono ton) en aftertaste.  À la limite du tolérable.

La cote : C

Parce que trop rectiligne, trop artificielle, alors on en boit pas trop.

Le Castor Abricot Assemblage de bières sauvages refermentées sur abricot biologique.7.7%

ca

Une autre preuve démontrant à quel point Le Castor mérite sa place dans le rayon des meilleures micros du Québec.

B+  La célébration du couple pour lequel on aurait pû dire : « ça toffera pas cette affaire-là ».

Facile, ou plus gentiment familier pour Le Castor : de toutes les bières sauvages québécoises (avec Schoune) la signature de leur levure est immédiatement reconnaissable : un peu funk et assez sucrée, à l’image de leur superbe Sanctuaire.  L’abricot y est bien mais pas aussi tonitruante que dans certaines autres bières assaisonnée de fruits.  Collante, la texture prépare bien à l’abricot qui s’empare des papilles, le tout sur un fond de bretts légères; on pourrait facilement croire à une finale où le fruit domine et explose trop fortement.  La finale est un peu plus funky mais ce qui retient l’attention, c’est à quel point le fruit se marie bien à la levure, me faisant penser à certains whiskies de malt fumé au bois de pommier.

MonsRegius Acidula Abricot Bière de blé acidulée aux fruits 5.2%

mraa

La comparaison à sa soeur framboise fait mal à cette dernière…

B  Intensité fruitée contrôlée.

Belle robe opaque orangée comme j’ai voir les bières de blé porter, mais contrairement à la Acidula à la framboise, par quel alchimie j’ignore mais le couvert de mousse est aussi compacte que crémeux.  Le nez laisse aussi plus de place à la céréale et l’abricot, qui me fait plus penser à de l’abricot séché.La finale est ronde mais encore davantage dans le fruit séché, or une fois avalé le fond de bière acidulée se démarque bien.  Peut-être encore  trop fruitée mais comparativement à sa sœur framboise cette offrande de MonsRegius est de beaucoup supérieure.

McAuslan Brewing St-Ambroise bière de blé à l’abricot 5%

D  Une bière qu’on peut terminer mais qu’on ne reprend pas.

L’abricot en avant de l’avant-plan, au nez j’ai l’impression d’avoir une vodka trop fortement aromatisée au fruit, donc de la confiture d’abricot ou à tout le moins un espèce de concentré d’où le blé est dans le meilleur des cas approximatif. Un peu plus posé – l’espace d’une seconde – avant le boom du fruit qui revient en bouche dans une très bonne carbonation (faut bien lui trouver des qualités) et finale dans le même concept où en gorge on peut éventuellement croire à de la céréale, non sans peine. Et s’il y a houblon (l’avant dernier ingrédient de la liste loin derrière « essence naturelle d’abricot ») ce n’est que pour l’aspect conservation.