À la Fût Fugitive Camerises Fermentation sauvage barriquée 30 mois 5%

alffcLa cote OO : B-

Pas toutes les interprétations d’une grande recette sont aussi grandes.

Bien qu’elle est vanillée comme la Fugitive Prunes Jaunes, cette version camerises s’approchent des levures de la bière au yogourt comme celle aux Skyrs islandais.  La camerise est rarement un fruit qui s’en laisse imposer et ce n’est pas le cas ici non plus : le fruit est assez acide et fait disparaître la fermentation sauvage beaucoup plus présente dans la Fugitive Punes Jaunes.  Bonne comme bière estivale, mais avec tout le travail mis pendant plus de 30 mois, ne vaut pas autant la peine du trouble que la version Jaune.

À la Fût Fugitive Prunes Jaunes Fermentation sauvage barriquée 30 mois 5%

alffpjLa cote OO : A-

Pas seulement que le raisin qui est bon dans le Niagara.

Dès la première volute, le combat olfactif fait rage : la prune jaune est forte mais le 2 ans et demi en fermentation sauvage est loin d’être sur la défensive, tout comme le chêne vanillé du baril.  Accalmie en bouche toutefois où il faut attendre de longues secondes pour voir d’abord la levure, puis le pruneau sortir des tranchées.  Le fruit l’emportera toutefois de manière sans équivoque, tandis que la fermentation, loin d’être absente, rend les armes fièrement.  Toute une cavale pour cette fugitive, qui comparativement à la Double Kapi aux pruneaux jaunes se veut plus sèche et plus intense.  Pas que ça lui nuise, avec un A- on ne peut que conseiller d’en faire des réserves.