Le Naufrageur Milk Stout Mélilot 5.5%

nmsLa cote OO : B

L’accueil gaspésien quoi.

Un peu incertain comme nez, ou du moins ça pourrait être le/la mélilot qu’on ne connait pas suffisamment.  Celui-ci est donc bien orgé mais a une olfactive entre terre et mer, un peu champignonnée et un peu alguée aussi.  La bouche est plus régulière, d’abord faite de raisin, puis de café et enfin de café vanillée un tantinet fruité de mures.  La finale est quant à elle hyper facile et confortable (pas surprenant de voir l’avoine en plus du lactose à la recette), pas très longue mais conviviale à souhait.  On en retiendra quoi?  Rien d’extra-terrestre, pour une bière avec un ingrédient pour la première fois gouté ce stout appaisera plutôt qu’il ne challengera.

L’Octant Ursa Major Double Stout 8%

oumUne première en matière de note de dégustation lue sur une bouteille : « pattes d’ours ».  Ce qui explique le nom.

La cote OO : B

Elle laisse une très bonne marque.

Double ou simple, c’est chocolaté à souhait assez boisé et plein de bel orge bien grillé.  Le fût (sans l’avoir lu, on dirait facilement de bourbon) est assez évident, plus qu’en bouche ou c’est le cacao qui semble double.  Loin d’être indigeste, elle est très intense en finale et pour tout la gravité finale qu’elle semble avoir, n’est pas excessivement sucré ce qui fait qu’on en prendrait plusieurs comme ça.  Une autre belle démonstration de la maîtrise de l’Octant, pas très connue.  Pour l’instant.

Le Presbytère Messe Noire Coldbrew-stout Choco-Noisette 4.4%

pmnLa cote OO : B+

Velut Luna statu variabilis – elle change beaucoup quoi.

Est-ce que le cacao lorsque trop fort donne l’impression de jalapeno?  Le nez de cette messe noire donne un peu cette impression tandis que le café amène de l’amertume sans amener trop de café en tant que tel.  La bouche est totalement différente : le cacao est à la limite du sucré et l’orge ressort bien aussi.  Une fois avalée… on peut facilement « ne pas être prêt » : le café doux, très doux, se dévoile enfin, puis on a droit à une stout juste assez sucré puis enfin la noisette.  Avec un nom comme Messe Noire, on pouvait s’attendre à quelque chose de sûrement plus violent et moins subtil que cette offrande du Presbytère.  Si vous affectionnez les stouts en général ou les bières aux cafés, difficile de ne pas revêtir la toge et apprendre de bizarre de champs en latin.

L’Esprit de Clocher Le Grand-Duc Édition Spéciale vieilli 6 mois en barrique de whisky 9.6% 61 IBUs

ecgdvLa cote OO : B+

La part des anges du monde du whisky, cette fois-ci côté brassicole.

Si le récit du séjour en barrique était conté, on pourrait être certain qu’il contiendrait une grande incursion en forêt, d’abord de chêne vanillé se reposant au Kentucky, suivi d’une migration dans de la plaine de sucrerie québécoise (l’arbre, non l’étendue de pays plat).  C’est de la pornographie olfactive quoi mais passablement plus artistique que certaines bières à l’érable par exemple.  On carriole de plus en plus vers la cabane (à sucre) une fois le liquide en bouche, en détectant assez facilement le côté suave des flocons d’avoine à la recette, puis on avale en découvrant la pointe de moka beaucoup plus palpable dans l’édition non vieillie.  Quant aux gorgées subséquentes, elles livrent davantage la vanille et le je-ne-sais-quoi du fût de spiritueux, et énormément de volupté.  Définitivement une autre édition que l’Esprit de Clocher se devrait d’offrir en plus grande quantité, dont on pourrait mettre au défi n’importe quel amateur de bière à l’érable de troquer l’arbre pour la ruche.

Brasserie Générale / 8e Péché Déliquéscence Stout à Tartiner Noisettes Cacao Vanille Lactose Stout Pâtissier 9.5%

bgdLa cote OO : B-

BG n’ont pas le défaut d’être trompeurs; preuve ici par l’appellation stout à tartiner tellement ça goûte ce qui pourrait tenir sur un couteau.

Mousse fugace pour débuter cette stout qui n’aura probablement rien de léger.  Bien que porté sur la noisette et une bonne ration de sucre, ça semble, semble un stout pâtissier un peu sur la retenue, mais dès qu’il touche les lèvres, le crémeux est lourd et le duo cacao/vanille très intense.  On commence à comprendre l’expression Stout à tartiner.  Pas grand-chose de neuf en finale, on conclut donc a un stout lourd mais annoncé, qu’on réserve principalement pour l’amateur du style.  À remarquer que le 9.5% ne se goûte pas vraiment, donc peut-être une bonne approche pour ceux qui redoutent les bières au nord du 6%… mais qui les aime très sucrées aussi.

Waller St. Brewing The Dark Arts Imperial Stout 9.1% 40 IBUs

wsdaLa cote OO : A-

Pléonastique contrôle.

S’il existe un mélange entre les biscuit Ginger Snaps, ceux à la mélasse et le moka, celui-ci aurait probablement le nez de cette stout de l’une des meilleures micros ontariennes (et à mon humble, facilement la meilleure d’Ottawa).  La cannelle et la muscade sont donc évidemment au rendez-vous, malgré qu’en bouche on a droit d’abord à de l’orge rôtie puis un élan de cola à la Oud Bruin mais aussi la fermentation funky de Waller Street.  On conclura sur le biscuit à la mélasse et le piment pastilla qui sort particulièrement sur le bout de la langue sans être vraiment épicé.  L’une des rares bières à « épices de noël » qui réussit bien, principalement grâce à sa retenue, et sa non-retenue au niveau de ses levures.

Saint-Houblon Série Imperial Stout Framboise Rubus 8.5%

shisfrLa cote OO : B+

Gâteau au choco pour ceux qui n’aime pas le gâteau au choco.

Café crème et framboise bien mûre au menu pour cette stout qui me semble parfaite pour un froid matin de printemps.  La mousse est peu généreuse alors on a rapidement droit à plus de framboise, alors le goût fera davantage foi pour le tout.  La bouche est bien amer de grain presque brûlé et la framboise n’y survient que presque pas, tandis qu’une fois en gorge c’est du gros gâteau forêt noir bien « cerisé ».  Il semble assez facile de faire de la blanche à la framboise, mais avec cette stout on peut convenir que se creuser la tête un tantinet plus est payant parfois.

Ferme du Tarieu 2 laits 1 sucre 5.6%

silosLa cote OO : B

Un café arrondi mais non sucré.  2 laits 1 sucre en effet.

Milkstout, mais loin d’être sweet stout : de l’orge grillée pas à peu près bien sentie, très noire de nez et de couleur.  En bouche la texture est certainement à la hauteur de la milkstout, enveloppante, et plus méthodique que décapatante.  La finale est courte mais l’aftertaste est plus long, ce qui en fait davantage une bière de feeling que de goût.  La bière de fin de soirée avec un six ou un 12-pack de la Ferme du Tarieu, comme un café après une long partie de bridge.

Garrison Brewing (Halifax NS) Wintervention Rum Barrel-Aged Chocolate Imperial Stout 11%

gbwintervention

Ma première bière avec une souffleuse sur l’étiquette.

La cote OO : B

De la royauté proche du peuple.

Si j’avais eû à prévoir le nez qu’elle aurait c’est exactement comme je l’aurais imaginé :  du cola, de l’orge sucré, de la cassonade, un brin de vanille et un mince filet de cacao qui s’intensifie en respirant.  Même à l’extérieur du corps elle semble chaude – normale à 11% d’alcool.  Le grain se révèle passablement plus grillé et à la limite de l’astringence une fois arrivée sur les papilles.  Puis c’est du chocolat liquide pas trop pesant, tandis que l’apport du baril semble assez limité.  Pas trop lourde et spécialement approchable, une stout vieillie pour ceux qui les redoutent; toutefois des points en moins pour ceux qui chercheraient un goût de rhum, car s’il y en a c’est un rum foncé à la Goslings Black Seal.

Tête d’Allumette Gasket de Course Barrique Bourbon 8.1%

tagcbbLa cote OO : B

La planche solide qui soutient tout la charpente.

Non pas du « ça sent comme du moka », c’est du moka… liquide, sur lequel on aurait brûlé du marshmallow à la torche en bonus.  Le marshmallow est écarté en bouche et l’on croque dans ce juteux morceau de moka chocolaté, avec son orge certes très bien torréfiée, tandis qu’en gorge le chocolat vient se frotter à la planche du fût, davantage chêne que bourbon. Non pas la plus originale de la gamme de Tête d’Allumette, mais très solide, et pas mal plus liquoreuse que le « faible » 8.1% d’alcool.