La Fosse Coco Velours Sûre pêche abricots et noix de coco 6%

Cote OO : B-

Simple, mais fitte bien sur le bords de la table de nuit, et/ou en-dessous des couvartes.

N’était-ce de voir « sûre » sur la cannette, on se fierait sur le visuel d’une milkshake IPA qui cacherait énormément son amertume derrière un mur autant de pêche qued’abricot, pas autant sucré que velouté par la noix de coco.  Le sûrette se mélange bien au sucre à la manière d’un bonbon sûre, présentant l’abricot plus sec derrière la langue, tandis qu’en l’avaler on y découvrir des fruits tropicaux à noyau.  Un peu aqueuse et à mi-chemin entre les sûres et les bières aux fruits, le coco s’occupe bien de la sorite de velours pour une bière suave, sans tomber dans la grosse stout dessert lourde.

Overhop Dark Forest Sour ale sure noire 7%

Cote OO : B+

Killswitch Engage : du métal souriant.

Juste assez noire pour être appelée noire, le nez l’est plus que le visuel et le mix de fruits des champs est soutenu quoique modéré.  L’arrivée en bouche est d’abord fruitée puis le grain puis les houblons tropicaux à saveurs de melons.   La finale colle à la langue et la bière noire aussi collante avec son grain de café amène une belle contrebalance.  Simple mais elle amène exactement ce que l’on veut en belle quantité.  Au finale le gout qui en sort est celui des mures, mais c’est probablement la couleur de la bière qui nous font croire ainsi, en fait certainement car elle ne contient fraise, bleuet, framboise et cerise (à peine perceptible au cours des premières gorgées.  

Brasseurs sur Demande Sûre Guimauve-Cerise 5.8%

Cote OO : C+

Bonbon liquide qui manque de corps.

D’accord, je pensais que leur Sour Fuzz était trop puérile, mais encore moins de subtilité dans cette bière à la cerise où la guimauve n’ajoute qu’un faible sucrée au travers de la framboise, du cassis et du reste de ses fruits.  Les papilles ne détecteront que la framboise d’abords puis la cerise ensuite, poursuivant l’expérience rectiligne, avec le cassis qui vient donner une touche d’acidité assez souhaité.  Elle est où alors la guimauve?  Peut-être dans la vanille du nez et l’aspect un peu plus sec, mais pas dans le goût.  Il en résulte encore une fois une sûre pas très loin de la liqueur aux fraises qui se boit bien mais qui descend de manière trop transparente.

Big Slide Brewery (Lake Placid NY) #4 Bobby Oud Bruin 7.8% (aged 20 months in cellar)

What to think upfront about the possible interpretation of the oud bruin style by an fermentation avant-garde brewery such as Big Slide?  The bar is high.

OO Grade: B+

Ice pond hockey: less talent but as much as fun to watch during a nice cool weather.

Above a color that fits the brown sour Belgian style, the abundance of balsamic is very warming, albeit not as sweet as other sour brown with a big cola backbone, in fact judging by the nose alone one can expect a wild and dry experience.  Upon arrival, palate is treated by raisins before the balsamic comes back and join the party, letting even a taste of root beer in.  For such an acid and tannin-packed beer, it would be easy to expect a smooth, almost velvety mouthfeel, but Bobby’s oud bruin remains light-hearted, refreshing and even bring a little bit of liquorice heat on the tip of the tongue.  In all honesty, coming from BSB’s funk room I would have expected a little bit more of the house wild yeasts, but the drinkability of this oud bruin makes up for it.

Brasseurs sur Demande Sour Fuzz Pêche Framboise 4.5%

Cote OO : B-

C’est la bière qui est fuzzy, pas le fruit.

Cannette éclatée, bière éclatée?  Ou bien jus éclaté?   Pas de doute qu’on se dirige directement dans le fruit avec la pêche et la framboise qui font très, très bon ménage mais qui éclipsent aussi toute trace de bière potentielle.  Malheureusement, la framboise s’empare de l’expérience gustative et ne laisse que la pêche flotter sur le dessus, et en emportant même l’aspect sûr de la bière.  Certes, pour une bière « jus de fruits » on peut être satisfait mais pour une bière bière, on va demander la prochaine s’il-vous-plait.

2 Crows (Halifax NS) Jamboree Bière sûre goyave et fraises 4.8%

Cote OO : B-

Pour ceux qui préférent leurs jus secs.

Une bière à 2 fruits : idéalement, on aimerait y trouver les fruits bien répartis, disons un tiers fruit 1, un tiers fruit 2 et un tiers mélange grain et levures.  Dans ce Jamboree, exit les céréales ou les levures, le mélange de fruits est bon mais c’est tout ce qu’on y trouve au nez.  En bouche la fraise semble prendre de l’avance, mais c’est la désopilante gazéification qui trône et qui pique beaucoup.  La langue est ensuite mieux préparée pour les prochaines gorgées, mais toute aussi sèche, alors que les fruits sont plus posés et demanderaient peut-être la rondeur des lactos qui manquent un peu.  

Emporium Battaglia Sûre aux abricots et à la mangue 6.4%

Cote OO : B-

Simplement ça.

Bien pâle à l’olfactive, mais principalement pour le côté bière et mangue; j’ai l’impression d’avoir un bon vieux Ju-Tel à l’abricot sous les narines.  Le liquide est particulièrement pétillant et frais, exit l’aspect laiteux qu’on aurait pû détecter au nez alors que la finale est en gras mangue.  Défaut à noter principal : le manque de longueur.  Pour une édition un peu plus spécial de l’Emporium, on pouvait s’attendre à mieux.  Ça reste heureusement une bière de fruits agréable, mais simplement ça.

Boon Kriek Lambic 4%

Cote OO :  B-

Sans dire gratuite, allons-y avec très généreuse.

Moins d’alcool égal plus de fruits?  Probablement car ici, comparativement aux versions à 8 et 6.5% de Boon, la cerise est déchaînée et très dessert.  Voluptueuse mais excessif une fois au contact des papilles, plus aucune retenue et probablement trop gratuite, il faut donc les aimer sucrée.  Très sucrée.  Même en finale où l’on verra facilement pour y tremper un gâteau forêt noir trop amer.  Le public visé en serait donc un de bière trop fruitée pour leur propre bien, on la gardera donc pour les pâtisseries. 

Boon Oude Kriek Boon à l’ancienne 6.5%

Cote OO : B-

À force de bouger beaucoup on enveloppe moins.

Décidément plus crémeuse que sa sœur « parfaite » cette Boon se veut plus aussi plus fruitée et loin de ce qu’on peut appeler une lambic.  Le sucre est moyen en bouche et en la gardant plusieurs secondes là, on découvre la cerise un peu plus juteuse, et certes très balancée, et ce jusqu’en finale.  Bon, à quel part, ça reste une bière fruitée avant tout mais une saprée bonne bière fruitée, plus pimpante mais un peu moins enveloppante que la version de Lindemans.

Boon Kriek Mariage Parfait 2017 8%

Cote OO : B

Oui.  Parce que non.

Si ce n’était de la bonne réputation de Boon, ce nez 110% cerise serait trop jus – voir trop sirop Hush Puppy – pour sembler naturel.  Toutefois, en humant plus longtemps, on ne détecte pas seulement le fruit mais aussi l’écorce de celui-ci, un brin végétal qui se prend bien dans tout ce fruit.  La gustative confirme qu’on est loin du sirop, en nous faisant penser à de la grosse cerise très noire pas très sucrée, en moins en finale où l’union du fruit et du caractère sec des levures de lambics (et Lambeek) est à son paroxysme.  Est-ce que toutes les bières à la cerise/griotte se doivent d’être sucrée? Non.  De l’autre bord, ça fonctionne aussi.