La Fosse Floe Pilsner Québécois 5%

bfloeLa cote OO : B

Encore une fois, la bonne vieille expression « si la Bud était bonne c’est ce que ça gouterait ».

Bien que pilsner, la première chose qui monte au nez est le houblonnage entre pamplemousse et gazon.  La bouche est cependant beaucoup plus dirigée vers la céréale, et immédiatement c’est la fête tchèque en bouche.  La finale est orangée, puis blondement maltée et enfin, les fruits tropicaux un peu aigres reviennent s’éteindre tranquillement sur le bout de la langue.  Une pilsner très franche qui plaira à un large éventail de personnes, et avantageuse pour les buveurs de bière grand marché.

Idletyme Brewing Company (Stowe VT) Pilsner 4.8%

it2La cote OO : B

Une piste de ski droit avec juste assez de pitch.

Quand une pilsner est aussi citronnée, difficile de penser qu’elle vient de l’autre côté de l’Atlantique.  Ce n’est pas désagréable toutefois alors on y goute volontiers pour y trouver une bouche craquante d’esthers fruités, mais qui se termine malheureusement de manière trop molle, surtout à comparer à son arrivée en bouche pimpant.

 

Maltstrom Custom American Pilsner 6.8%

maltstrom1La cote OO : B
Parce que
pour une bière « custom », ça devrait devenir la normale générale.

Si le nez est un peu prévisible avec son houblon à l’américaine, le grain qui colle sur les dents est d’abord frais puis migre sur le miel.  Ça prépare donc très bien à la finale tout grain qui ne pourrait déplaire qu’aux amateurs de bière à l’eau.  Voici ce à quoi devrait ressembler un pilsner qui s’inspire des pale ales américaines tout en gardant l’esprit tchèque.

Brasserie Générale Fraülein Pilsner Européenne 5.4%

bg_juin2019Pilsner européenne… à quoi s’attendre?  Pour moi c’est la Pilsner Urqell bien sûr.

La cote OO : C

Parce que c’est clair que c’est clair.

Avec son grain puissant et un tantinet mielleux, le houblon de cette pilsner est davantage en arrière-plan.  Plus feutré en bouche, le miel perd de son sucre mais autrement c’est une bière avec un développement assez limité.  La finale est trop tranquille et sur le bord d’être aqueuse, mais la seconde gorgée confirme les houblons qui se rapproche de ceux des Super Dry nippones.  Trop conservatrice, correcte mais aqueuse.

Big Slide Brewery (Lake Placid NY) Barrel Aged Imperial Pilsner 9.7% 35 IBUs

bsbfall20182Le concept d’Imperial Pilsner m’appelle: un style léger en version intense?  Le tout commence de manière hyper standard avec ses odeurs de grain mielleux pas très houblonnées.  En bouche pourtant l’amertume est assez fort et aucune trace de la vanille (et du vin blanc) du fût de vieillissement jusqu’à ce moment.  Après plusieurs gorgées on l’apprécie bien cependant à 20$ la bouteille on pourrait s’attendre à plus abouti.

La cote OO : B-

Parce qu’on ne peut pas pas l’aimer, et qu’en lui donnant plus de fût on aura probablement un beau petit bijou.

Tooth and Nail (Ottawa ON) Pilsner (bue chez Flora Hall)

fh4La cote OO : C

Parce que même pour les microbrasseries qui veulent se distingué des fois il faut abaisser ses standards pour plaire à tous?

Pour une pilsner, c’est une pilsner mais dans les mauvais sens du terme : peu de nez, tant au niveau du houblon que du grain qui se veulent reculer par le tonerre.  En bouche par contre l’orge est craquante, mais on peut sentir que la finale sera assez courte et à la limite du brusque.  Ce qui se veut généralement le cas : c’est très certainement une bière de volume pour l’amateur de bière grand marché mais pas vraiment pour la bière de grand goût, sans plus.

Bottomless Brewing (Geneva NY) Bohemian Pilsner 5 5% 35 IBUs

bb4Comme c’est la nouvelle mode fallait bien que Bottomless Brewing l’essaie… malheureusement peu d’odeur et rien d’excitant ici.  L’amertume mord bien en bouche et le grain finit par se pointer mais encore une fois rien pour écrire à sa mère bohémienne.  La finale est dans le même style,  donc outre son amertume bien marquée en aftertaste, ce n’est pas ici qu’on réécrira l’histoire de la bière.

La cote OO : C+

Parce que somme toute, même si elle fait tchèque elle fait ennuyante.

L’Esprit de Clocher A Bord de l’Atalante Blonde Pislner 5% (revisite)

ecabaLa blonde pilsner n’est certes pas la « go to beer » du beer geek quand il arrive dans une microbrasserie, à moins que c’est l’ouverture officielle ou l’essai de la palette de dégustation au complet (le cas actuel de l’auteur de ces lignes) .

Avec un nez autant prévisible difficile de s’exciter sur son cas…au moins le grain semble profond et les houblons réguliers.  Le grain est encore plus croquant sur les papilles mais le développement des saveurs est somme toute limité.  Encore une fois, on peut lui trouver la qualité de ne pas être très aqueuse, et c’est la même chose en finale où l’orge mielleux étale bien son sucre.

La cote OO : B-

Parce que ça en prend une comme ça par micro et il faut être prêt pour un peu de sucre bien placé.  Une blonde bien orgée qui rassasiera la soif plus que la curiosité.

Víking (Akureyri Islande) Pils Organic Craft Selection 5%

vpo

“Craft Selection” pour une brasserie qui ne se visite, qui a juste 4-5 styles et qui est disponible dans tous les bars et restos de l’Islande, on repassera.

Disons d’emblée que le mélange de miel et d’orge sèche non rôtie n’a rien pour surprendre ou charmer… on semble s’enligner vers une pilsner toute à faite standard.  En bouche ça toune un peu plus à l’amer – pour une pils – toujours avec la haute effervescence de l’eau du nord.  On termine le tout avec le houblon qui se veut assez floral merci, pour conclure une bière qu’on réserve pour les travaux ouvriers.

La cote OO : C-

Parce que ce n’est pas un échec si le but viser est de désaltérer, mais les papilles peuvent rester à la maison.

König Pilsener (König Brauerei Duisburg-Beeck DE) 4.9%

konigAvec sa mousse limité et sa couleur paille bien transparente, elle a tout de l’image qu’on peut se faire d’une pilsener allemande.  Le nez surprend donc en livrant une importante quantité de grain poussiéreux et de petit citron, accompagné de houblon bien présent mais tout juste amérisant, parfait pour le style.  Le goût est pas mal plus subtil que le nez, alors que l’on retrouve le même grain en version plus calme, dans un développement de saveur limité.  La finale est plus amère mais aussi ô combien plus standard, à l’image des pilseners tout malt, du japon par exemple.  Est-ce que cette bière royale est un incontournable en SAQ?  Pas vraiment mais vaut mieux que bien des bières mieux connues moins gouteuses (certaines bières scandinaves peuvent venir en tête).

La cote OO : B-

Parce qu’on ne la boit pas pour être décontenancé mais plutôt réconforté, dans les limités par le style imposées.