Le Castor Lutine Double New England IPA 8%

castorlutinePas tranquille à 8% d’alcool.  Hâte de voir le concept en action…

La cote OO : A

Populaire, pas parce que la première ni la plus légère.

Sans dire neutre, le nez est très retenu et va vers l’ananas, en aromatique probablement.  Elle est de bon répit pour les papilles et semble assez lourde merci, a l’arrivée en bouche du moins.  La finale est exactement dans le même ton et jamais, jamais elle ne fait son taux d’alcool.  Il s’agit donc d’une NEIPA toute à fait normale mais toute à fait bonne aussi.  Peu d’amertume donc, fidèle à son style il s’agit sans contredit d’une NEIPA qui en vaut bien des plus populaires, même plus.

La Pécheresse M. Yahoo NEIPA sûre 4.5%

pmyLa cote OO : B

Parce que le gingembre n’a jamais fait dans le subtil.

À la recette poire-gingembre mais au nez, NEIPA à houblons tropicaux et peut-être, peut-être du gingembre, mais je dirais qu’au moins à 75% le message vient des yeux qui l’ont lu sur le contenant plutôt que de la tache olfactive.  Gingembre qui déboule en bouche de manière presqu’excessive, demandant aux papilles d’avaler, afin d’y retrouver la recette, à peine ralenti par la poire dont le sucre n’est pas suffisant pour qualifier cette bière de balancée.  L’acidité est bonne toutefois et bue comme bière sûre, quoique trop poussée elle peut s’apprécier malgré tout.  Malgré qu’on y préférera leur Miss Ghost Lime-Poivre, c’est une bière que l’on peut adopter facilement.

Ferme du Tarieu Power Steering NEIPA 5.6%

ftpsLa cote OO : B-

Thé en vrac : correct à la suite du repas chez le resto Apportez votre Vin, mais un peu anodin pour le tripeux thé.

Avec son aromatique entre le sapin, la violette africaine et l’orange sanguine, il s’agit ici d’Une NEIPA bien variée qui se présente bien.  Passablement amère sur la langue, elle démontre par ailleurs peu de développement, du moins avant qu’on ne l’avale pour y trouver du houblon encore plus vert mais moins amère qu’auparavant.  La finale est bien pétillante et les gorgées suivant l’initiale est plus ronde et plus simple, davantage touchées par les agrumes.  Bonne oui mais rien d’extraordinaire, elle pourrait passer un peu inaperçu au travers du reste de la gamme bien variée de la Ferme du Tarieu.

silos

Le Presbytère Mountain Bike NEIPA 7.1%

La cote OO : B

Une montée plus bucolique que graduelle fait du bien parfois.

Miel.  De trèfle précisément.  À sa couleur « à mi-chemin de tout » il est difficile lorsque bue à l’aveugle comme actuellement de déterminer son type exact mais sa personnalité semble bien précise : douce et gentille, de houblon fleuri et pas très amer.  L’affaire se corse en bouche alors que les IBUs montent et que la gazéification fait picoter le bout des lèvres.  La finale semble être celui d’une pale ale, toujours accompagné de soit un ingrédient particulièrement goûteux ou alors un houblon hors du commun et plus généreux en goût qu’en amertume.  Certes très anglaise d’inspiration pour son malt, ce qui se révèle être une NEIPA surprend, non mais par l’esprit du style mais davantage le choix de houblons.  Cependant, une NEIPA est, à mon humble avis, l’histoire d’une IPA très aimable; ici c’est directement dans le mille.

Brasserie Luxe Dark NEIPA Américaine Double houblonnage à froid (Citra Mosaïc Amarillo El Dorado) 6.5%

ldnaLa cote OO : B

Se fier à ses instincts.

Comme quoi la couleur est parfois trompeuse, malgré une bière opaque et brune très foncée c’est une DDH qui tire sur le grain de café non rôti, le pamplemousse et la petite fleur bleue de trèfle.  Le grain est vraiment plus présent en bouche où ça tourne au café noir (en poursuivant le pamplemousse du houblon), spécialement en finale où dans la bataille du grain comme le houblon le premier gagne.  Pour ce qui est de l’ensemble, à savoir une NEIPA, c’est assez réussi, malgré que j’aime voir plus de houblon vert dans mes IPAs de la Nouvelle-Angleterre.  Toutefois, l’exercice de fusion de styles est intéressant et la couleur n’est parfois pas trompeuse donc…

Tooth and Nail (Ottawa ON) Judas Kiss New England Pale Ale 5.8%

tnjkLa cote OO : B

Judas pouvait être franc parfois.

Melon d’eau et plant de concombre, pour une ouverture de NEIPA ce n’est pas nécessairement celle à laquelle on pourrait s’attendre.  C’est toutefois agréable et tout aussi crémeux olfactivement qu’on pouvait espérer.  La bouche est particulièrement porté vers l’orge et le houblon ne fait que le soutenir, et non pas l’envahir, tandis que la finale fait monter le melon sur une marche supérieure.  Bien équilibrée, une NEIPA toute discrète et bien faite.

La Fosse Salmo NEIPA 5.5%

fosse6La cote OO : B

Une belle salve bien ciblée, un tir hyper groupé quoi.

Pleinement houblonnée, on vogue doucement sur une mer d’agrumes avec la vague gustative qui fait très IPA ou au minimum très dry hop, mais avec de la profondeur.  Suite de houblon en plusieurs thèmes estivaux qui s’enchaîne de manière plus qu’élégante.  Malgré un développement limitée, leur Salmo est d’abord et avant tout une New England qui se termine sans erreur, ce qui semble être l’une des forces de la Fosse.

La Fosse Domtar NEIPA 5%

fosse4La cote OO : B-

Petit croche en sortant de la shop.

Régulière autant au visuel qu’à l’olfactive, pas de surprise mais livre bien ce qu’elle a à livre.  La bouche aussi est simple tandis que la finale, de manière un peu prévisible, est plus houblonnée mais pas tant que cela.  Simple quoi, on l’adopterait assez facilement comme bière de tous les jours.  Rien de magique donc mais à la place d’une bière grand marché, le choix demeure facile.

Brasserie Générale (bue à l’Emporium) NEIPA 6.5%

emp_sept19_2La cote OO : B-

Parce que correcte.  Juste correcte.

Bien opaque (comme il le faut), cette NEIPA se présente aux narines avec de l’orange et de la nectarine, pas trop sucrée sans être amère… pour l’instant.  Mais encore, le style ne doit pas avoir les IBUs dans le piton aussi.  La bouche est plus verdoyante : sans oublier les agrumes, on lâche le fruit pour monter dans les feuilles de l’oranger.  Pour conclure, on a droit à un élan de fraîcheur, et comme si l’amertume se bombait le torse, ça reste un peu « grosse vitrine petite magasin ».  Ce qui est tout à fait convenable pour une NEIPA en fait.    Toutefois, il faut en revenir à l’argumentation « qu’est-ce qui la détache du lot ? » et à ce point les réponse sont plutôt limités.

La Korrigane White Kraken NEIPA 6.1%

korrigane_juillet2019La cote OO : B

Parce que c’est la grande bête qui fait un volte-face vers la normalité.

Une bonne NEIPA olfactive qui fait côte ouest avec tous ces agrumes qui laisse croire à de l’amertume davantage proche de la Californie que du Maine.  Mais non, en bouche elle est totalement abordable par son amertume modérée, plus herbeuse et plus crémeuse et ainsi beaucoup plus près du style.  Pour ce qui est de l’aftertaste, il est moyen mais cela fait un peu partout de ce que le style dicte à mon humble opinion.  Une belle NEIPA qui surprend en finale par sa normalité.