Emporium Burke On Wheels Bière Blonde 5.2%

ebowLa cote OO : B+

Blonde profonde.

Avec son caractère citronné et vanille, c’est une blonde dont le nez détonne immédiatement… c’est quoi le hopbill?  On a beau se demander quels cultivars de houblon y sont, on y goût rapidement pour y retrouver une blonde sautillante sur l’amertume tranchante mais limité de ceux-ci.  C’est encore le caractère du citron que l’on retrouve en finale, comme si le grillage du malt avait su lui conférer ce goût vif mais loin d’être trop amer.   La finale est bien commode, toujours de fruit jaune, pour conclure une édition où l’Emporium vise rudement au centre pour plaire autant à l’amateur de micro que de Jos-caisse-de-24-de-Molson moyen.

L’Oxymore Microbrasserie Blonde 4.6%

oxbNouvelle micro (ouverte à peine un jour après les mesures restrictives de la COVID19), disons qu’avec la seule description de « bière blonde », à quoi s’attendre? 

La cote OO : C

Niveler par le bas.

Si le but était de viser une bière un peu insipide mais totalement inoffensive, c’est réussi : du malt édulcoré, encore plus que les super dry nippones.  Même chose pour le houblon, alors on passera rapidement à la bouche pour y trouver finalement un liquide plus gouteux, à tendance certainement tchèque mais il y a peu de variations sur la langue.  Toujours étayé en finale, c’est une recette facile définitivement destinée aux buveurs de Molson Dry.  On peut pas les blâmer d’en mettre une au menu, mais on ne peut pas les encenser non plus.

Dieu du Ciel! La Païenne Ale blonde 5.5%

ddcpLa cote OO : B+

De la musique minimaliste qui pourrait plaire à tous.

On ne suit pas la recette de la blonde désinvolte habituelle : le grain est très présent, tandis que les houblons semble un peu absents de l’équation.  La bouche est un peu plus aqueuse avec un brin d’orange lointain et de biscuit sablé, qui précède encore plus d’orge mielleux en finale, somme toute assez long.  Une bonne définition d’ale blonde qui démontre que Dieu du Ciel maîtrise bien ses classiques.  Cependant, il est à demander qui elle vise en fait (je dirais l’amateur de micro qui veut servir quelque chose d’assez facile mais bien goûteux à son beau-frère.

Big Slide Brewery (Lake Placid NY) Barrel-aged Imperial Juniper Berry Blonde Ale 9.4% 19 IBUS

bsbjbbLa cote OO : A

Eurk.  Peut-être pas finalement.  « Another berry blonde please ».  Coudonc.  C’est bon.  Non, c’est très bon.  « A last one please ».  C’est génial.

S’attendant à du genièvre, le nez ne surprend pas, et le fond de bière sûre boisé à la gomme de sapin est agréable, le tout sur un fond assez lourd (normal à 9.4%).  Cette blonde explose rendue en bouche, de bonbon sûrette d’abord et de genièvre ensuite.  Et si l’on pourrait penser que la baise s’arrêterait là… ouch la gorgée.  À la limite de l’amertume, il s’agit d’une expérience pour ceux qui ne ferment pas les yeux devant la peur.

D’accord, c’est une bière hyper typée, de type « mad scientist ».  Là où l’on commence à comprendre la folie toutefois, c’est lorsqu’elle se réchauffe dans le verre et que les notes de vanille venant du fût sortent pour amadouer le reste.  Et ça devient franchement intéressant, à un tel point qu’au cours de la semaine passée à quelques centaines de mètres de Big Slide Brewery, c’est celle que j’ai commandé le plus souvent.  Malheureusement, je ne peux la rapporter à la maison pour la faire vieillir encore plus mais selon Kevin (le brasseur), ça sera possible plus tard dans l’année.  Le détour semble un peu incontournable alors.

Pour conclure, c’est une bière définitivement pour public averti, comme un bon film un peu bizarre.  Donnie Darko vient rapidement à l’esprit.

La Fosse Domtar Shift de nuit Blonde houblonnée 5%

fosse5La cote OO : B+

Bon choix pour Jos-Caisse-de-Bière et pas une note autant pour le goût que du bon choix pour une nouvelle micro.

Pour le style, le nez présente davantage de notes de bière blonde que de bière particulièrement houblonnée; simple mais efficace je serais d’ailleurs curieux de connaître leur hopbill.  Propre pour les papilles, le côté houblonnée est indéniable, comme la finale à la hauteur d’une IPA hyper simple d’une blonde un peu plus travaillée.    Si la fosse ne fait (pour l’instant) pas les bières les plus avant-gardistes mais ils couvrent très bien la base.

La Ferme du Tarieu Terre d’Henri Blonde Allemande 4.4% 21 IBU

ft1La cote OO : B

Henri ou Heinrich?

Le premier nez dit « eau très régionale » et grain plus tchèque qu’allemand malgré l’appellation.  C’est assez long au nez et ça promet bien.  Mielleuse pour les papilles, le grain est rond et le houblon mis en échec pour l’instant, quoiqu’il devient fleuri en aftertaste.  La finale est bien et pour une blonde « grand marché » on a mis juste assez d’originalité pour s’approcher de l’hefeweizen et titiller le curieux.  Un bon choix d’ouverture.

Le Presbytère Galanga Blonde à la racine de galanga 4.7%

presbytere_juin2019La cote OO : C+

Parce que c’est une bière à ne jamais boire sans avertissement.  Pour l’instant.

Vraiment oui, j’ai l’impression d’être dans le congélo de la Montagne Dorée en train de prendre les ingrédients pour cuisiner de la Tom Kha Gai.  Petit défaut par contre : la bière est un peu difficile à discerner dans ce liquide tellement épicé qu’elle en est presque amère, et non pas via le houblon.  Définitivement, le galanga est trop fort mais le concept certes intéressant; il suffirait seulement de doser le tout et ça le ferait.

Broadway XIIe anniversaire Blonde Extra Forte fruitée affinée en fût de whisky 10% 55 IBUs

bwxiiAmusant de goûter une bière sans avoir trop de détails sur elle (de toute manière les éditions spéciales de Broadway sont très rarement ratées) mais un peu inquiétant de voir autant de matière en suspension.

bwxii2Cela dit le nez un peu sauvage et bien arrondi par la vanille du fût de whisky vient rassurer, on goûte donc sans hésitation pour y découvrir de la pomme qu’on pouvait suspecter au nez (le single malt Glengoyne peut venir à l’esprit) et le liquide n’est pas autant amer ou acide que cuivré ou rouillé.  Retour du funk sauvage en finale et c’est surtout très complexe au niveau du fruité qui se situe entre la pomme et la poire… on lit donc l’étiquette pour y retrouver… de la mangue?  Mangue verte presque, pas trop évidente mais qui « fitte » très bien avec la triple sous-jaçente.  Pour le taux d’alcool c’est davantage en aftertaste qu’on le goûte, tout comme la mangue qui revient de manière un peu trop aggressive à mon goût.

La cote OO : B-

Parce que l’adage « moins c’est mieux » est probablement vrai, ou au minimum j’aimerais beaucoup à la même bière avec le même vieillissement mais sans la mangue.

Cerveceria Punta Sur (Cozumel Mexico) Malix 4.8%

puntasur_malixDe l’avis du brasseur, l’appelation Malix (un chien bâtard en français) vient du fait que l’on voulait mettre un maximum de saveur dans une bière blonde.  Côté nez le grain fait très « fait maison », ce qui se poursuit en bouche de manière intensément gouteux… c’est tout sauf une bière claire.  Croquante en bouche, la finale est mielleuse et encore une fois super bien marquée. 

La cote OO : B

Parce que ce n’est pas une raison de climat si on ne peut pas faire de bon stock au Mexique.  Punta Sur le fait avec un équipement plus près de la nanobrasserie ou de la brasserie maison, mais avec une passion qui vaut le détour pour cette bâtarde à elle seule.

Cerveceria Punta Sur (Cozumel Mexico) Bikini blonde 5%

puntasur1Petit grain timide ouvre cette bière pour le moins décevante olfactivement.  Côté saveurs, c’est le houblon qui est le plus présente, et avec persistance elle finit par instaurer sa marque; sa marque un peu anonyme mais bon, ça reste une petite blonde probablement faite davantage pour l’apparence que la subsiste.  Prochaine s’il vous plait!

La cote OO : C

Parce qu’un vieux bikini fatigué ça reste un bikini.  Qu’on aperçoit peut-être plus que l’on fixe.