All or Nothing (Oshawa) Pumpkin Ale 5.5%

aon2La cote OO : B-

Parce que le potiron n’est pas orange.  C’est même une noix plutôt qu’un fruit.

Douce, tranquille et peu vocale outre un fond d’épice mais certainement pas plus de citrouille que les cafés automnaux chez Starbucks.  En bouche, on continue sur le thème de la muscade trop forte pour le confort ou le plaisir, mais heureusement l’aftertaste est mieux contrôllée.  Pas un échec, mais une bière que je ne visiterais que pour voir si elle s’est améliorée.

Unibroue Éphémère Bière de blé aux fruits Cassis 5.5%

ephemere_cassis

Pour dehors, gros max.

Pas convaincu des éditions éphémères d’Unibroue… est-ce que la version cassis saura me ralier à leur cause?

Si le nez a une seule chose à dire, elle le crie : « FRUIT! ».  Dans ce cas-ci, le cassis est donc tonitruant, éliminant toutes les chances de l’orge, du blé, des levures et du houblon d’exprimer le moindre mot de saveur.  C’est donc avec satisfaction qu’on retrouve le blé (un peu de) et  de houblon à l’arrivée en bouche.  Assez longue pour une bière de ce type, sans être une bière grandiose c’est pas mal mieux sentie que les insultants Jũ des Brasseurs du Monde.

La cote OO : C+

Parce que je la garde en 6 pack pour les invités.  Et on aura beau dire ce que l’on veut sur les plus ou moins (d’accord, moins) vraies lambics de Schoune, elles sont pas mal plus à mon goût que cette nouvelle éphémère, qui ne choquera personne non plus.

Artisanal Brew Works (Saratoga Springs NY) Blackberry Lemon Bar 6.5%

abw3La cote OO : B+
Parce que:
efficace.  C’est tout (efficace quoi).

Si cette sour contient peu de lacto, on ne peut pas dire la même chose pour la montagne d’écorces de citron, qui se révèle autant acide que sucrée.  Pour la bouche, on est ailleurs : très crémeuse et démontrant des houblons insoupçonnés, on s’étend sur un liquide très rond et de bonne longueur.  Hyper fruitée sans être déplacée, c’est ce à quoi ça sert la balance dans une bière.

Artisanal Brew Works (Saratoga Springs NY) Passionate Dreams 7.5%

abw6La cote OO:  C+

Parce que qui trop frotte irrite.

Un peu trop d’ardeur pour le fruit de la passion; la couleur et la chaleur c’est important, mais il ne faut pas se blesser à la colonne vertébrale.  Le fruit de la passion est encore plus violent pour les papilles, tandis que la mûre ne sort qu’à la fin, probablement effrayé, ce qui est en effet justifié avec une finale où l’on revient sur le fruit tropical.  À la hauteur de 7.5%, c’est une bière de fruit trop chaude, et pas simplement par son alcool.

Grist Iron Brewery (Burdett NY) Fipenny Apple Graff 6.5% 5.6 IBUs

gi2Les bières aux pommes ont parfois tendance à s’emporter dans le pommier; ici « ça a bien du bon sens » et restant plus près de bière que du cidre.  Cette même pomme est lente mais fraîche en bouche, mais en prenant beaucoup d’élan elle finit par emporter la finale vers un liquide qui n’a que plus ou moins rapport avec la bière, mais bon.  Et surtout bonne.  On aime, vive la simplicité et la satisfaction.

La cote OO : B

Parce que même si notre poulain (l’orge) a mis le genou à terre, il faut reconnaître le beau combat avec l’adversaire (la pomme).

Twisted Rail Brewing (Geneva NY) Sunrise ale Cherry Wheat Ale 7.6%

tr5Sa petite teinte subtile de rose ouvrant la curiosité, en y plongeant le nez le blé est facilement perceptible, tandis que la cerise semble absente.  Elle est par contre lente et méthodique en bouche, alors qu’elle colle sur les dents pour préparer une belle toile de fond en finale où l’on revient sur le blé tout en ajoutant une légère touche d’amertume.  Bien calculée, le genre de bière qui se doit d’être bue en pinte et non en palette de dégustation.

La cote OO : B-

Parce qu’il y a une certaine grâce dans la retenue

Bottomless Brewing (Geneva NY) Raspberry Wheat 4.6% 25 IBUs

bb4Quand on parle du plus gros vendeur d’une microbrasserie, on ne parle probablement pas de la plus typique ou originale.  À Bottomless, il s’agit d’une bière de blé aux fraises, où le fruit ne semble pas trop artificiel malgré qu’il couvre un peu trop le blé au goût de certains.  En bouche, l’orge monte un peu plus, et la fraise se calme sur le sucre, même si elle paraît plus arrondie en finale.  Ne pas faire d’erreur, c’est bien, mais on la voit un peu trop partout cette bière de fruit de blé.

La cote OO : C+

Parce qu’elle a sûrement son public tout en restant pas trop artificiel, mais que ça demeure une recette trop éprouvée.

Bottomless Brewing (Geneva NY) Peach Shandy 4.8% 21 IBUs

bb5À quoi s’attendre dans un shandy autrement que du fruit, dans ce cas-ci de la pêche?  Celle-ci est bien sûr présente, mais semble cacher quelque de bizarrement secret (le grain de paradis qui semble en hommage à Ommegang).  Très ample, malgré le nom shandy on goûte l’influence du grain d’orge, le tout jusqu’en finale où l’amertume se joint au feeling général de bière.  Très correcte, l’ajout de l’épice est intéressant mais on reste dans la légèreté.

La cote OO : B-

Parce que le feeling de pilsner aromatisé reste un bon choix pour le beau-frère.

La Barberie Cinquième Blanche sûre Fraise Framboise (bue au Griendel) 6.5%

g_dec2018r1Quoi?  Encore?

Bien oui, une autre bière aux fruits de la Barberie où l’on a envoyé la subtilité par-dessus le viaduc.  C’est donc une alliance fraise-framboise en version sirop épais et pas beaucoup de bière sur lauqelle s’appuyer.  On y goute tout de même, presque par défi, et c’est du fruit zéro retenu dans un liquide à la limite du visqueux.  La finale n’est qu’une suite de l’expérience et n’amène rien de neuf.

La cote OO : D+

Parce que c’est une belle démonstration : quand une bière amène la même chose au nez qu’en bouche qu’en finale il s’agit d’une bière pour caler et non pour déguster.

À La Fût Crique Blanche aux griottes 4.2% (revisite)

alfcbgDes cerises bien sûr mais ce n’est pas sucré, plutôt un peu wild, avec le blé sans le sucre.  Sèche en bouche la carbonation est faible et presque cuivrée et la finale est toujours portée sur le blé presque mielleux et le côté sauvage qui se poursuit.  L’aftertaste est assez long et ne sait pas trop sur quel pied danser, on a donc une bière assez incertaine qui saura trouver son buveur l’été pour celui qui aime le blé et qui n’a pas trop d’attente.

La cote OO : B-

Parce qu’avec son côté blé qui finit par gagner, on n’a pas un match très palpitant mais une petite victoire.