Le Naufrageur Bout’Quai Lager Rousse 5.2%

nbqLa cote OO : B-

 Parce que la pêche, comme dirait Synvain Rénove « c’pas trop compliqué que ça ».

Belle rousseur régulière, peut-être trop limpide et semble un peu trop propre (pour une rousse, selon la légende urbaine).  L’olfactive est bien maltée, bien houblonné à l’anglais et a tout d’une rousse toute à fait commune, mais a aussi la qualité d’être bien présente.  En bouce, on s’approchera de la Vienna Lager et de ses feuilles brûlées (ainsi que d’un peu du cuivre de l’oktoberfest), tandis qu’en finale ce Bout’Quai se veut sec et simple, facile mais goûteux aussi.  Une lager rousse tout ce qu’il y a de plus rousse, qui procure plus d’aisance que de curiosité.

Florida Keys Brewing Co (Islamorada FL) Spearfish American Amber 5.5%

fksaaLa cote OO : B

Bien visé.

Votre ambrée américaine commune: beaucoup de malt et beaucoup de houblon.  Gustativement, du houblon très intense (on ne serait pas surpris de la voir au nord des 50 IBUs) et du malt qui s’assemble bien, si on aime le style on est rassasié.  La finale est certes plus tranquille, crémeuse et s’attend beaucoup plus pacifiquement.  Livrant ce qu’elle promet, un ambrée amère qui vous ne laissera pas ainsi.

Le Presbytère Firebirds Rousse de Style Irish Red 5.2%

pfLa cote OO : B-

Une rapide balade d’auto en automne.

Dans les ambrées, il y a celle qui sont à peine plus foncées qu’une pale ale, et les rouges profondes avec un nez qui tire sur les feuilles brûlées comme cette Firebirds de Saint-Stanislas.  ON pouvait donc s’attendre à une bouche très maltée, pas trop sucrée et dont le houblon est plus ou moins au rendez-vous.  La finale est presque mielleuse, et la finale peut-être un peu trop tranquille après la puissance de la céréale en bouche.  Plutôt attendue (dans le sens d’inattendu) on ne parle pas ici de la bière la plus prisée (ou « prisable ») du Presbytère, à moins de ne vraiment pas vouloir se casser la tête.

Le Presbytère La Rose-à-Rose Bière ambrée au miel, sirop et eau de rose 4.9%

prarLa cote OO :  B+

Comme l’une des rares bonnes chansons fait par un chanteur pour ses enfants ou sa blonde.  Pas quoi ce soit rare pour le Presbytère de tomber dans l’excellent, et une grosse coche en haut de la bière hommage normale.

Orangée à la belge d’abbaye, si la mousse était plus généreuse on serait vraiment collé sur l’arbre ecclésiastique.  La lourde céréale olfactive n’est pas sans rappeler un sentiment similaire, or le houblon entre celui anglais et l’orange de certains cultivars moderne détonne, sans toutefois jurer; l’ensemble est un peu à flaveurs d’orange confite quoi.  La bouche est toute autant velouté et encore plus fruité et me fiant sur leur double belge, par sa relative légèreté (comparé à cette dernière) j’irais donc en terrain de blanche, à l’opposé spectral de la trop légère Kronenbourg.  La finale est certes très juteux, alors qu’on goûe de la pêche et de l’orange, avec juste ce qu’il faut d’amertume.  Bue à l’aveugle sans savoir autre chose qu’elle vient du Presbytère, c’est certainement une réussite du moins qu’elle ressemble ne serait-ce qu’un peu à son style qui se révèle être… la Rose-à-Rose?  Une ambrée au miel, sirop et eau de rose?  D’accord, toute une surprise… mais une très très très très bonne.  Ça explique donc l’amertume, mais pour une bière « à ingrédients » c’est subtil.  Bravo, et bien plus qu’une recette « je l’ai fait parce que la première fois c’était avec ma fille ».

Lake Placid Craft Brewing Salted Caramel Waffle Ale

lppbscwaPas toujours une réussite les bières basées sur les desserts…

La cote OO : B

Pas tous les desserts sont sucrés.

À la couleur entre blond et orange, on ne sait pas réellement vers où on se dirige, et c’est la même chose au niveau de l’olfactif alors qu’on pourrait confondre avec une vienna lager un peu sucrée.  La bouche est franchement plus intéressante, avec du pacanes et de la noix de grenoble qui se mélangent au malt.  Une fois avalée, retour des houblons un peu tchèques, et exit la gaufre.  Vraiment pas à ce que je m’attendais mais pas décevante pour autant, il ne faut pas se fier à l’image sur le contenant (à tout le moins certainement pas les mots salted et waffle) et ça devient une drole de vienna lager qui tire sur la nut/pecan brown ale.

La Confrérie Roussette Cream Ale Ambrée au miel 5%

cramComme la cream ale est très populaire en Ontario – spécialement à Ottawa – et qu’elle est rarement emballante, on espère que le miel amènera une bonne dimension.

La cote OO : B

Avec du pain d’épices.

Un peu abasourdi par le miel, le malt semble plus que docile sous les narines.  La cream ale est certes très tranquille sur la langue, et pour ce qui est du miel on le goûte bien sans pour autant que la bière en devienne éhontément sucrée.  La seconde gorgée es toutefois plus normale et avec une amplitude de rousse plus traditionnelle; sans savoir pourquoi elle semblerait une bonne base de bière de noël avec de la canelle et de la muscade, mais en tant que tel elle tient très bien sa place.

La Fosse Scuriolus Rousse 6.3%

fosse3La cote OO : B+

Être standard n’est pas un défaut.

Bien ambrée mais assez limpide, la robe de l’animal est régulière, comme le nez bien maltée et accompagné d’un peu de cerise et de fraise.  Enfin, sur la langue, elle fait un peu oktoberfestbier tandis que le grain se faufile puissamment sous la langue.  Une rousse heavy donc, mais qui bénéficie aussi d’une finale plus légère.  Une rousse comme toutes les rousses devraient l’être, sans contredit La Fosse connait ses classiques.

La Ferme du Tarieu BulkTank Rousse Américaine 5.4% 25 IBUs

ft2La cote OO : B-

Where the f*ck is the hop?  We don’t need no hop.

On me parle de grain fumé mais j’irai davantage avec des feuilles, entre la Vienna lager et la rousse plus traditionnel; pour ce qui est du côté américain, on est un peu moins là.  Le côté roux se poursuit en bouche et la bière reste assez claire.  Pour la finale, on se demande encore un peu pourquoi on parle de l’Amérique, et la fumée se goute plus en cendre sur les dents.  Pas d’erreur dans le bon goût, plus au niveau du style.

Le Presbytère Pain d’Épices (Bière de Noël) Ambrée aux épices 5.9% 17 IBUs

p_d2009_2La cote OO : B-

Le gateau aux fruits, on ne le mange jamais au complet d’un seul coup.

Pas trop bruyante, pour une bière de noël c’est particulièrement bien.  La bouche est empreinte de canelle et de girofle, mais heureusement là aussi, elle ne colle pas trop.  Finalement, un peu de pain d’épice… ça tombe bien, c’est dans le nom de la bière.  En concluant par du poivre noir et de la muscade, c’est une bière de noël pas trop compacte, buvable mais pas sûr que je m’en permettrait 3-4 grosses pintes.

Idletyme Brewing Company (Stowe VT) Fest Marzen 5.7%

it1La cote OO : B

L’automne une fois les feuilles bien mises dans les sacs.

On pouvait s’attendre à une marzen plus rousse, mais le nez est bien feuillu et automnal.  Comme le reste de la gamme d’Idletyme, l’ensemble est doux, peu houblonné et l’orge est mielleux tandis que les feuilles sont plus sucrées en bouche.  Peu varié, bien gazéifiée et précise, une marzen propre et bien rangée où on reste que sur les feuilles.  Et le grain.